Tout est question de contexte et tout est relatif. "Si on nous avait dit qu'on allait finir quatrièmes de cette course, on aurait pris", a promis Esteban Ocon (Alpine) au micro de Canal +. Mais cet accès de sincérité a été précédé, puis suivi, de regrets assumés. Oui, il aurait pu terminer le premier Grand Prix d'Arabie Saoudite de l'histoire sur le podium. Comment pourrait-il penser et dire autre chose alors qu'il ne lui a échappé que dans l'ultime ligne droite pour seulement un dixième de seconde et face à la Mercedes de Valtteri Bottas ?

Sa première "pole" depuis 2015 !

Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Au contact d'Alonso, Ocon a pris de l'épaisseur. Je suis pressé de le voir en 2022"
07/12/2021 À 19:21
"Difficile à avaler cette fin de course, forcément, a lâché le Français après avoir secoué la tête comme pour évacuer cette terrible frustration. Je suis déçu, on l'avait ce podium, on s'est déchiré pour l'avoir." La course d'Esteban Ocon avait démarré tambour battant puisque 9e sur la grille, il avait déjà gagné deux places après quelques virages. Et le crash de Mick Schumacher (Haas) puis la décision d'Alpine de le laisser en piste l'ont catapulté à la 4e position. "Nous avons pris les bonnes décisions en course, nous avons tout donné en piste et du point de vue de la stratégie aux bons moments. Et cela nous a mis dans la meilleure position possible pour inscrire de gros points".
Le deuxième départ fut encore bénéfique pour lui puisqu'en se battant, Lewis Hamilton et Max Verstappen lui ont offert la possibilité de glaner deux nouvelles positions pour trôner fièrement au second rang derrière le Batave… qui allait être sanctionné pour son action. Et voilà Ocon en tête pour le troisième et dernier départ de cette course folle. "C’était aussi amusant de partir en pole position, cela ne m’était plus arrivé depuis le GP3 en 2015 !, note-t-il avec plaisir dans le communiqué de son écurie.
Intelligent, le Français n'a pas fait la course ni avec Verstappen, ni avec Hamilton. Son adversaire, c'était Bottas. Avec le résultat que l'on connaît, mais non sans résistance pendant de nombreux tours. Il maudira longtemps cette ultime ligne droite et le moment où il a vu, à quelques secondes du terme, vu le Finlandais le passer grâce à l'avantage procuré par le DRS.

Alonso dans son viseur à Abou Dabi ?

"On ne se bat pas encore dans la même ligue, c'est quelque chose qui va venir. Quand on aura la même vitesse que tous les autres, on sera redoutables. On est en train de le mettre en place. On peut être fier mais elle pique un peu celle-ci", disait-il encore. Reste que ce résultat est le second très bon de suite après sa 5e place au Qatar. Avec 22 unités en deux courses, le Tricolore a pratiquement marqué autant de points que sur les 19 autres Grand Prix (25 points), sa victoire en Hongrie mise à part.
C'est dire si Alpine, qui a sécurisé sa cinquième place au championnat constructeurs aux dépens d'AlphaTauri a progressé. "Nous pouvons repartir la tête haute, fiers. Nous nous rendons désormais à Abou Dabi, où nous sommes prêts à conclure la saison en beauté". Pour lui, il pourrait s'agir de combler les cinq points qui le séparent de Fernando Alonso au classement pilotes (77 contre 72) et ainsi s'offrir le scalp d'un double champion du monde. Voire de profiter de circonstances favorables pour décrocher une nouvelle position de tête, là où il avait décroché sa dernière pole en 2015.
Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Le marchandage de Masi a surpris parce que c'est inhabituel... mais ça a peut-être déjà existé"
07/12/2021 À 19:14
Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Si ça se termine mal entre les deux, les officiels sauront en tirer les conclusions..."
07/12/2021 À 19:07