Il s'est passé tant et tant de choses dans cette course nocturne à Djeddah… Malgré les deux drapeaux rouges, malgré les trois départs et les nombreux crashs, c'est bien du 38e tour dont tout le monde se rappellera. Quand Max Verstappen (Red Bull) et Lewis Hamilton (Mercedes) se sont accrochés et qu'on a cru, l'espace d'une seconde, que la course de l'un et de l'autre était terminée. Le Néerlandais et le Britannique ont, évidemment, chacun donné une explication différente à cette scène surréaliste, mais finalement si prévisible.
Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Au contact d'Alonso, Ocon a pris de l'épaisseur. Je suis pressé de le voir en 2022"
07/12/2021 À 19:21
Pour comprendre cet accrochage, il faut en fait revenir quelques minutes en arrière quand au 37e tour, Lewis Hamilton a tenté une manœuvre au DRS pour passer son adversaire au bout de la ligne droite des stands. Celui-ci a alors retardé au maximum son freinage pour l'emmener hors de la piste. "Ce gars est fou" a éructé le pilote Mercedes à la radio. Sommé de rendre sa position après cette action illicite, Verstappen a donc ralenti quelques kilomètres plus loin.
Je ne comprends pas vraiment ce qu'il s'est passé à ce moment-là
"Il m'a été demandé de rendre la position, je me suis mis sur la droite et j'ai freiné. Il ne voulait pas me dépasser. On s'est touchés, je ne comprends pas vraiment ce qu'il s'est passé à ce moment-là, a-t-il expliqué simplement à sa descente de voiture avant de préciser sa vision au micro de Canal + après le podium : "Il y avait de la confusion. [...] J'ai continué à ralentir et on perdait beaucoup de temps". Élu pilote du jour par les fans sur les réseaux sociaux et donc interrogé dans sa voiture dans son tour de rentrée aux stands, le pilote Red Bull a estimé qu'il y avait eu "trop de pénalités", concluant sur un très clair : "pour moi ce n'était pas de la Formule 1."
Pour Lewis Hamilton, son adversaire est fautif puisqu'il n'a pas seulement "ralenti" comme il le dit, et qu'il a mis un coup de patin coupable. "Je ne comprends pas pourquoi il a tapé dans les freins tout à coup. J'ai tapé l'arrière de sa voiture et il est reparti. J'ai eu après un message pour me dire qu'il était en train de me laisser passer. Cela prêtait à confusion." Pour Canal +, le pilote Mercedes a usé d'un exemple vieux de 13 ans afin de préciser sa vision de l'incident.

Hamilton et le souvenir de Spa 2008

"Je ne comprenais pas ce qu'il se passait. Souvenez-vous de 2008, j'ai doublé Kimi Raïkkönen à Spa au virage 18, en coupant la chicane. Je l'ai laissé passer et l'ai redépassé immédiatement. Charlie Whiting (le directeur de course de l'époque, ndlr) avait dit que c'était 'ok', mais ils m'ont donné 25 secondes de pénalité. Aujourd'hui, je pensais qu'il allait me laisser passer avant le DRS pour pouvoir repasser après. Je ne crois pas que ce soit autorisé."
Mais aux yeux de Lewis Hamilton, ce ne fut pas la seule fois où son ultime adversaire sur la route de son huitième titre mondial a dépassé les limites ce dimanche en Arabie Saoudite : "Le moment où il a freiné, était dangereux. Au-delà de ses autres moments fous…". Dans une semaine à Abou Dabi, les deux se retrouveront une dernière fois et à l'issue de la course, l'un ou l'autre sera champion du monde 2021. Un crash et un abandon des deux pilotes sacrera Max Verstappen et ça, Lewis Hamilton en a sans doute très bien conscience.
Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Le marchandage de Masi a surpris parce que c'est inhabituel... mais ça a peut-être déjà existé"
07/12/2021 À 19:14
Grand Prix d'Arabie Saoudite
"Si ça se termine mal entre les deux, les officiels sauront en tirer les conclusions..."
07/12/2021 À 19:07