Décidément, ces deux-là ne se quittent plus. Grands animateurs du début de saison, Max Verstappen (Red Bull) et Charles Leclerc (Ferrari) ont livré un nouveau duel, ce samedi après-midi, à Imola. Le Néerlandais, parti en pole mais surpris au départ, a finalement réglé son rival en fin d'épreuve pour empocher les 8 points de la victoire en course sprint, la première disputée cette saison.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Hamilton, préservé par Mercedes, enfoncé par les autres
26/04/2022 À 19:44
Celle-ci fut animée : à l'extinction des feux, le leader du Mondial a profité d'un problème de synchronisation de boîte de vitesses sur la monoplace de Verstappen pour s'envoler au départ et prendre les commandes avant même d'aborder Tamburello. Là, le chouchou de la Scuderia semblait avoir fait le plus dur, et ses 18 premiers tours ont plutôt ressemblé à une promenade qu'à un sprint.
  • | |
Capable de creuser un écart supérieur à 1"5 sur son premier poursuivant, Leclerc a subitement perdu le rythme, perturbé par du graining. En bon observateur, le muret Red Bull a immédiatement averti son champion du monde en titre, qui n'attendait que ça pour hausser le ton. Dans l'avant-dernière boucle, le pilote oranje a porté l'estocade, à l'extérieur, pour rendre la monnaie de sa pièce à son rival.

Mercedes stagne, les Français pas vernis

Son dépassement fut un petit chef d'œuvre, ce qui ne fut pas le cas de toutes les autres passes d'armes facilitées, pour la plupart, par un DRS dont l'efficacité a rendu l'exercice encore plus fade cette saison. Sergio Pérez et Carlos Sainz, les grands déçus de la qualification, ne s'en plaindront pas : les deux "N.2" ont bien saisi cette opportunité pour sécuriser la deuxième ligne en vue de la course, dimanche, devant les McLaren de Lando Norris et Daniel Ricciardo.

Deux victoires et Ferrari dérange déjà : pourquoi trois équipes dénoncent la Scuderia devant la FIA

Les pilotes Mercedes, eux, n'ont pas eu les mêmes possibilités. Encore en grande difficulté, les Flèches d'argent n'ont jamais pu prétendre au Top 10 et ont même perdu au change. Si George Russell a conservé son onzième rang, Lewis Hamilton, lui, a cédé une position pour se retrouver 14e.
Les Français n'ont pas été beaucoup plus heureux, Esteban Ocon (Alpine) ayant dû se contenter du 16e rang devant Pierre Gasly (Alpha Tauri). Le Rouennais a été impliqué dans un contact avec Guanyu Zhou (Alfa Romeo) qui a fait des dégâts. Pour lui, les courses sprint finissent toujours sur une note amère.

Les difficultés mentales d'Hamilton décryptées : "Le gros de la pandémie a laissé des traces"

Grand Prix d'Émilie-Romagne
Comment Red Bull a maté Ferrari sur ses terres
26/04/2022 À 16:07
Grand Prix d'Émilie-Romagne
"C'est à se demander si Russell a signé chez Mercedes ou Hamilton chez Williams"
26/04/2022 À 16:06