Il y a un peu moins d'un an, déjà, des excuses avaient traversé les ondes radio de Mercedes. A deux tours de l'arrivée du Grand Prix d'Azerbaïdjan, alors qu'il avait eu une occasion de réussir un énorme hold-up au championnat, Lewis Hamilton avait filé tout droit au premier virage après une mauvaise manipulation sur son volant. "Oh, je suis tellement désolé les gars", avait alors lancé le septuple champion du monde à Toto Wolff et son équipe.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Comment Red Bull a maté Ferrari sur ses terres
26/04/2022 À 16:07
Un peu moins d'un an plus tard, les interlocuteurs sont les mêmes mais la demande de pardon a changé de camp. Dimanche, au terme d'un Grand Prix d'Emilie-Romagne que Lewis Hamilton a bouclé au 13e rang, le patron de l'écurie Mercedes s'est à son tour confondu en excuse. "Désolé pour ce que tu as eu à conduire, je sais que c'était inconduisible, a lâché le dirigeant. […] C'était une course terrible."

Entre "voiture pas digne" et performances à pondérer

Wolff s'est abstenu de préciser que son coéquipier, George Russell, s'était, lui, rangé au pied du podium. Par volonté de ne pas omettre les différents faits de course qui, il est vrai, furent bien plus favorables à l'ancien pilote Williams qu'à "King Lewis". Aussi pour ne pas accabler son champion qui, à la fin de l'hiver, n'avait certainement pas imaginé devoir s'écarter sous les drapeaux bleus pour laisser Max Verstappen lui coller un tour.

Faut-il en vouloir à Leclerc ?

"Notre voiture n'est pas digne d'un champion du monde comme Lewis", a insisté le directeur d'écurie. Malgré un début de tension visible, vendredi après la qualification, mais immédiatement minimisé par Wolff, l'heure est toujours à l'unité chez Mercedes. Y compris dans le box de George Russell, toujours capable de faire des miracles avec la W13, même lorsqu'il quitte les stands avec un aileron mal réglé - comme ce fut le cas à Imola.
Conscient qu'il a encore beaucoup à gagner, le jeune Britannique a choisi de s'aligner sur la politique de son écurie : "Je m'attends à ce qu'il revienne très fort, a-t-il confié dans des propos rapportés par Motorsport.com. La manière avec laquelle il pousse et motive l'équipe est inspirante." Réelle et déjà importante dans les chiffres, la domination du pilote de 24 ans sur le septuple champion du monde doit encore être pondérée par différents faits de course (l'accident de Sainz, la sortie des stands d'Ocon à Imola).
Quand on voit la performance de George avec la même voiture...
En dehors du garage à l'Etoile, les opinions sont beaucoup plus tranchées. Notamment pour Nico Rosberg, ancien grand rival de Lewis Hamilton. "Mercedes prend les torts pour soi, en essayant de soutenir Lewis mentalement et en lui disant : 'Lewis, ce n'est pas de ta faute mais de la nôtre', a expliqué le champion du monde, aujourd'hui consultant pour Sky Sport. C'est intelligent, car ce n'est pas tout à fait la vérité. Russell a fini 4e avec la même voiture, donc Lewis a eu un rôle à jouer dans son résultat."

Comment Red Bull a maté Ferrari sur ses terres

Volontairement désintéressée des galères de l'écurie contre laquelle elle a lutté la saison dernière, Red Bull a laissé Helmut Marko ajouter son grain de sel. "Il s’est fait prendre un tour par Max, a rappelé le consultant de l'équipe autrichienne, toujours très friand de ces opportunités. Je ne pensais pas voir cela cette année, après ce qui s’est passé en 2021. Quand on voit la performance de George avec la même voiture depuis le début de saison, on se pose des questions. Je veux dire, il s’est fait doubler par nous, alors peut-être qu’il aurait dû s’arrêter l’année dernière."
Grand Prix d'Émilie-Romagne
"C'est à se demander si Russell a signé chez Mercedes ou Hamilton chez Williams"
26/04/2022 À 16:06
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Faut-il en vouloir à Leclerc ?
26/04/2022 À 15:06