Comme en 2021, la Formule 1 reconduit son format de course sprint qualificative le temps de trois Grands Prix, à commencer par celui d'Emilie-Romagne ce week-end, tout en introduisant quelques nouveautés.

Le format

Grand Prix d'Émilie-Romagne
Hamilton, préservé par Mercedes, enfoncé par les autres
26/04/2022 À 19:44
Avec ce format, les qualifications classiques (contre-la-montre) sont avancées du samedi au vendredi. Leur résultat définit la grille de départ d'une course sprint d'environ 100 km (soit 30 minutes) le samedi, dont le classement détermine à son tour la grille du Grand Prix (de 300 km) le dimanche. A la différence du Grand Prix classique, la course sprint se déroule sans arrêt au stand obligatoire.
Abonnez-vous à Eurosport pour suivre une année complète de sport !
Il n'y a par ailleurs que deux séances d'essais libres lors des week-ends sprint, contre trois lors d'un week-end classique. La première heure d'entraînement sera organisée avant les qualifications le vendredi et la deuxième avant le sprint le samedi.

Les trois GP sprints

L'an dernier, le GP de Grande-Bretagne à Silverstone, celui d'Italie à Monza et celui du Brésil à Sao Paulo avaient organisé ces sprints. Cette saison, ce sont les GP d'Emilie-Romagne à Imola ce week-end, d'Autriche à Spielberg (8-10 juillet) et du Brésil encore (11-13 novembre) qui ont été choisis.

Les difficultés mentales d'Hamilton décryptées : "Le gros de la pandémie a laissé des traces"

La F1 et son directeur sportif Ross Brawn voulaient étendre le concept à six Grands Prix dès cette saison, arguant que cela avait été une réussite populaire l'an dernier, même si l'idée ne plaisait pas aux plus puristes des spectateurs. Mais la F1 a dû se résoudre à maintenir seulement trois sprints, face aux levées de boucliers des écuries, qui doivent déjà faire face à des pressions accrues cette saison avec l'introduction d'une toute nouvelle réglementation technique, donc de nouvelles voitures, et d'un calendrier record de 23 courses.

Barème de points bonus

Si en 2021 le sprint rapportait des points aux trois premiers (3, 2 et 1), ce sont cette fois les huit premiers qui seront récompensés par davantage de points bonus au championnat. Celui qui finira premier le samedi aura huit points supplémentaires au compteur. Ensuite, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 points seront distribués aux pilotes suivants. Ainsi, un même pilote peut totaliser un maximum de 34 points lors d'un week-end format sprint: huit pour le sprint, 25 pour la victoire en Grand Prix et 1 pour le point bonus du meilleur tour en course.

A qui la pole position?

Pour éviter les situations ubuesques nées de ce nouveau format, la pole position officielle - celle qui comptera pour les statistiques de la Formule 1 - sera attribuée au pilote le plus rapide des qualifications le vendredi. L'an dernier, c'est le vainqueur du sprint qui avait droit à cet honneur, provoquant les incompréhensions des pilotes pour qui seul l'exercice des qualifications, où il faut tout donner sur un seul tour, doit offrir la pole position statistique.

Six ans de plus que Vettel mais un appétit immense : "Alonso a plus que jamais la grinta"

Pour autant, la confusion pourrait persister. Car si le pilote officiellement en pole position le vendredi soir partira bien en tête le samedi, il pourrait perdre son rang lors du sprint et donc reculer sur la grille de départ du dimanche... tout en gardant le titre de "poleman" pour les livres d'histoire de la F1.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Comment Red Bull a maté Ferrari sur ses terres
26/04/2022 À 16:07
Grand Prix d'Émilie-Romagne
"C'est à se demander si Russell a signé chez Mercedes ou Hamilton chez Williams"
26/04/2022 À 16:06