Getty Images

Sebastian Vettel (Ferrari) : "Je n'ai même pas essayé de suivre Hamilton"

Vettel : "Je n'ai même pas essayé de suivre Hamilton"

Le 23/10/2017 à 15:45Mis à jour Le 23/10/2017 à 15:48

GRAND PRIX DES ETATS-UNIS - Sebastian Vettel a fait un constat d'impuissance, dimanche à l'arrivée. Sa Ferrari n'était pas de taille à lutter contre la Mercedes de Lewis Hamilton.

Sebastian Vettel a mieux démarré que Lewis Hamilton mais l'affaire a été rapidement réglée. Au 7e des 56 tours du Grand Prix des Etats-Unis d'Amérique, l'Allemand a vu une fusée grise passer 30 km/h plus vite dans la grande ligne droite du fond du COTA.

Il a ensuite joué son va-tout en anticipant un arrêt au stand qui en annonçait un second, mais Mercedes avait bien fait ses calculs. Il a braqué au virage n°1 à côté de la W08 n°44 puis l'a revu s'échapper.

Deuxième n'est pas le résultat qu'il escomptait et avec un retard de 66 points sur le Britannique au championnat, il sait que la cause est entendue.

"J'ai bien débuté en passant Lewis mais, assez vite, nous avons dû admettre que nous ne pouvions suivre son rythme", a-t-il admis, dimanche à l'arrivée de la 17e des 20 manches du Mondial. "Après trois ou quatre tours seulement, j'ai senti que la voiture et les pneus souffraient beaucoup, et Lewis restait facilement derrière. Il a réduit l'écart et est rentré facilement dans la zone DRS, ce qui n'est d'ordinaire pas facile dans la portion rapide de ce circuit. Il était tout simplement plus rapide."

Sebastian Vettel (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix des Etats-Unis d'Amérique 2017

"Nous n'étions pas à leur niveau"

"Ce n'était pas forcément évident à l'œil nu, mais j'ai essayé de le bloquer", s'est-il défendu. "Peut-être aurais-je pu en faire un peu plus mais il était tellement plus rapide ! Il m'a dépassé rapidement et je n'ai même pas essayé de le suivre."

"Après, je me suis retrouvé dans une sorte de no man's land, sans savoir vraiment quoi faire", a-t-il poursuivi. "Ce fut serré au premier arrêt aux stands, mais il a vite repris ses distances. Nous avons décidé de nous arrêter une seconde fois pour passer des pneus neufs. La fin de course fut plus excitante, et plus spécialement deux tours, mais dans l'ensemble ce n'est pas ce que nous espérions. Nous n'étions pas à leur niveau."

"Je ne m'attendais pas à galérer autant, spécialement sur le premier relais. Vers la fin, c'est redevenu un peu plus normal mais la course était Perdue depuis longtemps. Vu la piste, je pense que c'était plus le terrain de Mercedes que le nôtre."

"Je ne pense pas que cela s'est joué sur la stratégie. Généralement, c'est le plus rapide en piste qui gagne", a conclu #SV5, qui ne sera bientôt plus le seul quadruple champion du monde en piste.

0
0