Panoramic

Nico Rosberg (Mercedes) annonce sa retraite avec effet immédiat

Epuisé par les sacrifices, Rosberg annonce sa retraite avec effet immédiat

Le 02/12/2016 à 14:25Mis à jour Le 02/12/2016 à 17:02

Nico Rosberg (Mercedes) a annoncé lors du gala de remise de prix de la FIA, vendredi à Vienne, sa retraite immédiate de la Formule 1. Cinq jours après son titre mondial, le pilote allemand de 31 ans a expliqué qu'il ne voulait plus faire les mêmes sacrifices que ces deux dernières saisons, qui l'ont vu se battre contre Lewis Hamilton pour le titre.

La nouvelle a fait l'effet d'une véritable déflagration dans le monde de Formule 1 et du sport en général. Cinq jours après son titre mondial, Nico Rosberg a annoncé sa retraite immédiate, vendredi à Vienne, dans le cadre du gala de remise des prix de la Fédération internationale de l'automobile.

A 31 ans, l'Allemand ne défendra pas son titre acquis contre son coéquipier de Mercedes, Lewis Hamilton, dimanche dernier à Abou Dabi. Il a expliqué son choix par des sacrifices qu'il ne souhaitait plus consentir au détriment de sa vie de famille.

"J'ai mis le paquet comme un dingue"

"Depuis 25 ans de course automobile, c'était mon rêve, mon truc de devenir champion du monde", a écrit Nico Rosberg dans un communiqué de Mercedes. "En dépit d'un travail harassant, de la souffrance, des sacrifices, c'était mon but. Maintenant, je l'ai accompli. J'ai gravi ma montagne, je suis au sommet, c'est bien. Mon sentiment le plus fort à l'heure qu'il est la profonde gratitude envers tous ceux qui m'ont soutenu pour me permettre de réaliser mon rêve."

"Cette saison, je vous le dis, a été extrêmement éprouvante", a-t-il poursuivi. "J'ai mis le paquet comme un dingue dans tous les domaines après les déceptions des deux dernières années. Elles ont boosté ma motivation à des niveaux que je n'avais connus. Et bien sûr, ça a eu un impact sur ceux que j'aime : ce fut un sacrifice de la part de toute ma famille, en faisant tout passer après mon objectif. Je n'ai pas de mots assez forts pour remercier ma femme Vivian : elle a été incroyable. Elle a compris que cette année était la plus importante, que c'était notre chance d'y arriver, et m'a donné l'espace pour me permettre de récupérer après chaque course, en prenant soin de notre fille chaque nuit, en s'occupant des choses quand c'était difficile et en plaçant ma saison avant tout le reste."

Nico Rosberg, Tony Ross, Lewis Hamilton (Mercedes) et Sebastian Vettel (Ferrari) au Grand Prix d'Abou Dabi 2016

Nico Rosberg, Tony Ross, Lewis Hamilton (Mercedes) et Sebastian Vettel (Ferrari) au Grand Prix d'Abou Dabi 2016AFP

"Je mets ma famille de la course dans une situation compliquée"

Et puis, Nico Rosberg est revenu sur l'instant où tout a basculé. "Quand j'ai gagné à Suzuka, dès lors que le destin a été dans entre mes mains la pression a monté et j'ai commencé à penser prendre ma retraite si je devenais champion du monde", a-t-il ajouté. "Dimanche matin à Abou Dabi, je savais que ça pourrait être ma dernière course et ce sentiment m'a tranquilisé avant le départ. J'ai voulu profiter de chaque moment de cette expérience, en sachant que ça pouvait être la dernière… et lorsque les feux se sont éteints (ndlr : au départ) j'ai vécu les 55 tours les plus intenses de ma vie. J'ai pris ma décision lundi soir. Après une journée de réflexion, les premiers gens à qui je l'ai dit furent Vivian et Georg [Nolte, son manager], et puis Toto [Wolff, son directeur chez Mercedes]."

Enfin, le champion du monde 2016 a pensé à son baquet désormais. "La seule chose qui rend cette décision de toute façon difficile pour moi est que je mets ma famille de la course dans une situation compliquée", a-t-il avoué. "Mais Toto a compris. Il a de suite compris que j'étais absolument déterminé et ça m'a rassuré. Ma plus grande fierté sera toujours d'avoir gagné le championnat du monde avec cette équipe incroyable des Flèches d'argent." Sans trop spéculer, on peut se dire que Mercedes à quelques solutions de replis, entre recruter un Jenson Button, champion du monde 2009, encore au meilleur de sa forme à 36 ans, et un espoir "maison" comme Pascal Wehrlein.

Pour Nico Rosberg, le temps de la sérénité en venu, comme il l'a écrit en conclusion : "A présent, je profite. Je vais avoir du temps pour savourer dans les prochaines semaines, pour me pencher sur ma saison pour apprécier chaque nouvelle chose. Après ça, j'aborderai le prochain tournant de ma vie et je verrai ce qui se présente à moi."

0
0