Getty Images

Avec sa RP-19, Racing Point veut se "rapprocher du top 3"

Avec sa RP-19, Racing Point veut se "rapprocher du top 3"
Par AFP

Le 13/02/2019 à 17:40

SAISON 2019 - Racheté par un consortium mené par Lawrence Stroll, Raicng Point, anciennement Force India, vise un objectif ambitieux pour sa première saison complète : se rapprocher du podium des constructeurs. La RP-19, présentée ce mercredi à Toronto, doit l'y mener.

La présentation de la première monoplace de la nouvelle écurie Racing Point était très attendue mercredi: l'ancienne Force India a conservé sa livrée rose, emblématique depuis 2017, avec une touche de bleu pour son nouveau sponsor-titre. L'écurie rachetée, après son dépôt de bilan en pleine saison 2018, par un consortium mené par le milliardaire canadien Lawrence Stroll, père de Lance, l'un des deux pilotes, a fait ses débuts officiels lors du salon international de l'automobile de Toronto (Canada).

Seule monoplace dévoilée hors d'Europe pour les écuries qui n'ont pas fait de présentation en ligne, la RP-19, toujours motorisée par Mercedes, reste dominée par le rose du groupe autrichien de traitement d'eau BWT, qui valait en 2017 et 2018 aux monoplaces de Force India le sobriquet de "panthères roses". Le bleu, présent sur l'aileron avant et l'arrière de la voiture, est la couleur de la plateforme de paris sportifs sur internet SportPesa, basée au Kenya, qui aurait déboursé 15 millions de dollars pour avoir le statut de sponsor-titre.

Pérez et Stroll au volant

"Racing Point doit se rapprocher du top 3", a assuré le patron de Racing Point, Otmar Szafnauer. "Les pressions financières de la dernière saison ont été levées grâce aux nouveaux propriétaires, nous avons maintenant une autre pression, celle d'évoluer à un meilleur niveau que nous l'avons fait jusqu'à présent. Les moyens vont augmenter, et nos résultats le doivent aussi", a prévenu le "team principal" de l'écurie qui conserve sa licence britannique et resté basée à Silverstone (Grande-Bretagne).

Le Mexicain Sergio Perez a conservé son volant, fort de sa constance depuis 2014 (5 podiums, 7e du Championnat du monde en 2016 et 2017, 8e la saison dernière après avoir perdu les points gagnés avant le rachat de l'écurie) et de ses puissants sponsors, dont son compatriote, le magnat des télécoms Carlos Slim. En revanche, son ancien coéquipier, le Français Esteban Ocon, sans volant malgré ses bons résultats, a été remplacé par Lance Stroll, fils du nouveau propriétaire.

Stroll junior, 20 ans, a passé deux saisons avec Williams, la première ponctuée par un podium et terminée à la 12e place du Championnat du monde, la seconde beaucoup moins convaincante (18e). "Nous voulons passer à un autre niveau, tous les outils sont en place pour", a martelé Perez qui s'est fixé comme objectif de "décrocher quelques podiums et pourquoi pas une première victoire ensemble".

"C'est un rêve devenu réalité pour moi", a renchéri Stroll, porte-drapeau d'une écurie qui a pris une coloration canadienne avec, parmi les sponsors, le géant des transports Bombardier et l'assureur Canadian Life.

0
0