Getty Images

50 millions d'euros pour 2 ans : L'incroyable salaire offert par Renault à Ricciardo

50 millions d'euros pour 2 ans : L'incroyable salaire offert par Renault à Ricciardo
Par Eurosport

Le 13/09/2019 à 18:49Mis à jour Le 13/09/2019 à 18:54

SAISON 2019 – Daniel Ricciardo a empoché le jackpot en signant chez Renault. Formula Money a dévoilé que l'engagement du pilote australien auprès du constructeur français va lui permettre d'empocher près de 50 millions d'euros pour ses deux années de contrat.

Il était impossible de ne pas croire que Renault avait sorti les gros moyens pour s'offrir Daniel Ricciardo. Mais il était difficile d'imaginer que le constructeur au Losange l'avait fait dans de telles proportions. Alors qu'un litige oppose le pilote à son ancien conseiller, Glenn Beavis, Formula Money s'est procuré le contrat liant le pilote à l'écurie française.

Celui-ci garantit à l'Australien la modique somme de 55 millions de dollars, soit un peu moins de 50 millions d'euros, pour un bail de deux ans. Vous avez fait le calcul ? En salaire, "Banana Dan" perçoit donc 25 millions d'euros par an. Mais ce n'est pas tout. Des bonus liés à ses résultats sont également prévus : une victoire lui rapporterait un million de dollars supplémentaire et au total, ces primes pourraient approcher 10 millions d'euros.

Pour Ricciardo, une victoire vaut le million

Renault se charge également de lui régler ses frais médicaux, à hauteur d'un peu plus de 100.000 euros. L'ancien pilote Red Bull a également négocié des emplacements publicitaires sur son casque, l'obtention d'une voiture dont les frais liés à l'assurance et à l'entretien sont entièrement assumés par son employeur.

Daniel Ricciardo (Renault) au Grand Prix d'Italie 2019

Daniel Ricciardo (Renault) au Grand Prix d'Italie 2019Getty Images

Ces révélations interviennent alors que l'écurie a dévoilé un bilan financier en déficit, avec une perte chiffrée à un peu plus de 5 millions d'euros sur l'exercice précédent. Pas alarmant, ce résultat net ne devrait pas freiner les lourds investissements réalisés par le constructeur français, qui souhaite combler son retard sur les trois écuries de pointe que sont Red Bull, Ferrari et Mercedes.

0
0