Getty Images

FORMULE E - Jean-Eric Vergne (Techeetah) s'impose devant son coéquipier André Lotterer à Santiago

Poussé par Lotterer, Vergne a tenu jusqu'au bout !
Par Eurosport

Le 03/02/2018 à 21:10Mis à jour Le 03/02/2018 à 23:54

EPRIX DE SANTIAGO - Poussé -au sens propre comme au figuré- par son coéquipier André Lotterer, Jean-Eric Vergne (Techeetah) a décroché sa 2eme victoire, ce samedi, à Santiago du Chili. Sebastien Buemi (Renault-e.dams) complète le podium.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Ce devait être une première victoire pleine de maîtrise pour Jean-Eric Vergne, et un doublé tranquille pour Techeetah. Mais, perturbés par des problèmes de communication radio, le Français et son coéquipier André Lotterer ont joué avec le feu avant de sécuriser les deux premières places de l'ePrix de Santiago, ce samedi, au Chili. Sebastien Buemi (Renault-e.dams) a lui aussi défendu avec acharnement sa troisième position devant Felix Rosenqvist (Mahindra). Malgré une nouvelle remontée, le Suédois a cédé les commandes du championnat au vainqueur du jour.

Vidéo - Museau bloqué sur la monoplace de Vergne, Lotterer avait mis le doublé en péril

00:34

Avant la course, certains pilotes redoutaient la nouvelle règle mettant fin au temps d'arrêt minimum lors du changement de monoplaces. Ils n'avaient probablement pas envisagé qu'un peu de friture sur les lignes de communication pouvait être bien plus perturbant. Car avant les coupures qui ont affecté la plupart des pilotes après le 30e tour, rien n'avait annoncé une fin de course aussi excitante. Vergne, auteur de la pole et d'un départ parfait, et Lotterer, qui a débordé Piquet (Jaguar) avant le passage aux stands, semblaient tranquillement assurer le premier doublé de l'histoire de l'écurie chinoise.

Vidéo - L'explication entre Lotterer et Vergne : "Quand tu as freiné devant moi, j'ai cru que c'était fini"

00:19

Sans information sur la consommation énergétique de son devancier, l'Allemand a pris une initiative. Risquée. Comme un grand. A quatre tours du drapeau à damier, le vainqueur des 24 Heures du Mans a pris l'aspiration. Et au bout de la ligne droite, Vergne lui a fermé la porte. Trop tard. Le rookie est allé au contact et le museau de sa monoplace est resté bloqué sur l'arrière du bolide du leader, avant l'entrée dans le virage. Sans conséquence. Les deux hommes ont conservé leur position malgré les retours de Buemi, en difficulté au moment d'économiser ses batteries, et surtout de Rosenqvist, élancé 14e sur la grille et encore auteur d'une course remarquable avec un arrêt bien plus efficace que les autres. Et comme un soulagement n'arrive jamais seul, Vergne s'est aussi offert la tête du championnat.

Vidéo - La défense de Vergne, l'attaque de Rosenqvist : le résumé de la course

03:02
0
0