"Nous n'avons aucun intérêt à discuter avec eux", a déclaré Greg Norman, le patron du LIV, le nouveau circuit professionnel de golf largement financé par l'Arabie Saoudite, qu'il a lancé cette année, à propos des dirigeants du PGA Tour qui le considèrent comme dissident. "Nous n'avons aucun intérêt à nous assoir avec eux, parce que notre projet fonctionne bien", a affirmé la légende australienne du golf, 67 ans, dans l'édition de jeudi du quotidien The Australian. "Nous avons essayé (de rencontrer les dirigeants du circuit PGA) avec insistance. Je me suis personnellement investi dans ce sens au cours de l'année dernière... Quand je me suis rendu compte que c'était inutile, nous avons décidé de foncer", a déclaré Norman.
Regardez les mondiaux de cyclisme sur route à partir de samedi en direct sur Eurosport
Norman a ensuite balayé l'idée selon laquelle le circuit LIV était une ligue "dissidente", prétendant que son "modèle d'entreprise avait dès le départ été construit autour de l'idée d'inclusion". "Cette idée selon laquelle nous tenterions de détruire les autres circuits n'est pas vraie. C'est le PGA Tour qui essaye de nous détruire, c'est aussi simple que ça".
Golf
A la découverte du golf national avec Grégory Havret
29/09/2022 À 08:29
Interrogé sur l'organisation d'un tournoi LIV au début du mois à Boston aux Etats-Unis d'Amérique, sur les terres du PGA Tour, ayant suscité des critiques et la présence de manifestants, l'ancienne gloire du golf a déclaré qu'il "n'y avait même pas prêté attention". "Tout ce que je peux vous dire, c'est que je suis là pour le jeu. Je m'attache à construire la meilleure ligue possible".

Le PGA Tour tente de répondre à la surenchère

Dans une autre interview publiée mercredi par le quotidien de Melbourne The Age, Norman avait estimé que le classement mondial deviendrait "risible" si ses responsables refusaient d'accorder des points aux golfeurs ayant rejoint son circuit. Le monde du golf se déchire depuis des mois autour de la création du circuit LIV, rejoint par plusieurs stars du circuit PGA dont Dustin Johnson, Phil Mickelson, Bryson DeChambeau, Brooks Koepka, Henrik Stenson, Patrick Reed ou encore, dernièrement l'Australien Cameron Smith, numéro deux mondial au moment de son annonce.
Pour attirer un maximum de joueurs de haut niveau, le LIV correspondant au chiffre romain 54, soit la somme de trois parcours de 18 trous, le format des tournois- a mis en place des dotations de 25 millions de dollars par épreuve (huit au total pour cette année).
En réaction, le PGA Tour, circuit historique du golf professionnel nord-américain, a annoncé en août mettre en jeu plus de récompenses. Il a également décidé d'exclure les joueurs prenant part aux tournois du LIV, une décision attaquée devant la justice américaine par plusieurs joueurs et le LIV.
Golf
Rozner : "On aimerait mettre plus de joueurs français dans le top 50 mondial"
29/09/2022 À 08:27
Golf
Les joueurs du LIV réclament l'attribution de points au classement mondial
20/09/2022 À 22:11