Getty Images

L'Europe mène 10-6 face aux Etats-Unis avant les simples

L'Europe garde la main avant les simples

Le 29/09/2018 à 17:59Mis à jour Le 29/09/2018 à 19:44

RYDER CUP 2018 - Si les deux équipes ont partagé les points samedi après-midi lors des "foursomes", les Européens avaient accentué leur avance sur les Etats-Unis dans la matinée en dominant la dernière session de "quatre balles". Avant les simples, l'Europe mène donc 10-6 et n'aura besoin "que" de 4,5 points dimanche pour remporter cette 42e édition.

Ce n'était pas gagné mais le suspense est préservé. Les craintes de voir les Européens mettre un terme dès ce samedi à leurs espoirs de victoire finale étaient vives du côté des Américains, au regard du scénario des deux dernières sessions de jeu. Mais les joueurs du capitaine Jim Furyk ont su redresser la tête en s'adjugeant la moitié des parties en "foursome" disputées dans l'après-midi sur l'exigeant Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines. Les voilà menés 10-6. Mais il reste 12 points à prendre.

Les débats ont été globalement plus équilibrés que la veille dans ce format qui voit les deux membres de chaque duo jouer à tour de rôle la même balle. L'Europe avait en effet infligé un humiliant 4-0 à ses adversaires vendredi dans cet exercice si particulier. Les Etats-Unis peuvent cette fois remercier la paire formée par Bubba Watson et Webb Simpson ainsi que celle composée de Justin Thomas et Jordan Spieth, qui ont rapporté deux points précieux à leur équipe. Pour Tiger Woods en revanche, le cauchemar a continué.

"Moliwood" écrit l'histoire, Woods continue de couler

Comme lors de chacune de ses apparitions sur le Golf National depuis vendredi, le Tigre, associé cette fois au novice Bryson DeChambeau, était opposé à Francesco Molinari et Tommy Fleetwood, invaincus ensemble. Et comme à chaque fois depuis le début de la compétition, le match a tourné au calvaire. Les Européens, surnommés "Moliwood", ont rapidement pris le large et n'ont presque jamais relâché leur étreinte, terminant 5&4.

Il s'agit d'une nouvelle fessée pour le phénomène américain, qui a largement perdu ses trois duels, montrant au passage des signes d'agacement. Le voilà au pied du mur, lui qui était attendu comme le Messie par le public mais dont les statistiques sont peu flatteuses en Ryder Cup. L'Italien et l'Anglais, amis en dehors des greens et complémentaires sur le plan du jeu dans tous les formats, deviennent de leur côté la première paire à remporter ses quatre matches dans l'histoire de la compétition.

Thomas et Spieth convaincants

Dustin Johnson et Brooks Koepka ont, eux aussi, été contraints de rendre les armes. En l'occurrence, face au duo très régulier formé par Henrik Stenson et Justin Rose. La partie a été serrée mais le récent vainqueur de l'US PGA a mis en difficulté son équipe à plusieurs reprises, qui a dû s'incliner à un trou de la fin du parcours (2&1).

Particulièrement en vue vendredi, Sergio Garcia et Alex Noren n'ont pas été été à la fête face à Bubba Watson et Webb Simpson. Les Américains ont su saisir les opportunités qui se présentaient à eux et gagner cinq des huit premiers trous. L'écart, rapidement créé, n'a jamais pu être comblé par l'Espagnol et le Suédois (3&2). Quant à Justin Thomas et Jordan Spieth, hormis deux faux pas d'entrée, ils ont été très convaincants dans leur duel contre Ian Poulter et Rory McIlroy (4&3). De quoi permettre aux Etats-Unis de rester en vie avant la dernière journée.

0
0