Team USA était plus forte sur le papier mais la magie de la Ryder Cup pouvait opérer en faveur des Européens privés de l’immense majorité de leur public en raison des restrictions sanitaires. Vainqueurs en 2018 à Saint-Quentin-en-Yvelines, ils ont été laminés sur le parcours de Whistling Straits balayé par le vent tout au long du weekend.

Le 5/5 de Johnson

Ryder Cup
Poulter : "Celle-ci va nous faire un peu mal"
27/09/2021 À 08:07
Vétéran de la Team USA (à 37 ans à peine !), Dustin Johnson a fait un carton plein : 5 matches, 5 victoires ! Pas mal pour un joueur qui n’a pas gagné de l’année sur le circuit PGA… Dans son sillage, 3 joueurs auront marqué cette 43e édition : Collin Morikawa avec qui « DJ » a pris 3 points lors des doubles, Xander Schauffele et Patrick Cantlay. Même s’il a manqué le putt pour l’Histoire au 18, Morikawa a joué un golf de rêve tout au long de la compétition. A 24 ans, déjà vainqueur de 2 Majeurs, le Californien n’a pas été débordé par l’enjeu pour sa première Ryder Cup et a apporté 3 points et demi.
Battu en simple par un Rory McIlory retrouvé après des doubles proches du catastrophique, Schauffele a gagné ses 3 doubles en frisant lui aussi la perfection. Son partenaire de foursome, "Patty Ice" Cantlay, a apporté 3 points et demi, notamment en punissant Shane Lowry lors du simple (4&2). Parmi les autres grandes performances US du weekend, on retiendra aussi la victoire en simple de Scottie Scheffler sur un Jon Rahm que l’on pensait invincible avec le festival du birdie lors des 4 premiers trous.

Justin Thomas

Crédit: Getty Images

Une victoire inédite pour une équipe qui a l’avenir devant elle

Ils étaient 12 et ils ont tous, à un moment ou à un autre du weekend, été performants et décisifs. L’armada US n’a laissé que les miettes aux Européens qui ont eu un regain samedi après-midi, quoique modeste, alors qu’il en fallait bien plus pour faire dérailler l’escouade du capitaine Steve Stricker. Certes, la moitié de son équipe était rookie mais elle a été subjuguée par l’événement plus que submergée.
Les chiffres de cette Ryder Cup témoignent de cette mainmise absolue : 6-2 après les foursomes et les four-ball du vendredi, 11-5 avant les simples de dimanche, 19 - 9 après le dernier putt du weekend signé Daniel Berger. Dix points d’écart, du jamais vu depuis… 1975, quand le Vieux-Continent n’était représenté que par le Royaume Uni et l’Irlande ! Hormis la paire Jon Rahm-Sergio García qui a tenu l’Europe à bout de bras pendant 2 jours (3 victoires en 3 matches auxquelles il faut ajouter le partage de Rahm associé à Tyrell Hatton lors du four-ball de vendredi) avant de s’effondrer définitivement en simple dimanche, les tenants du titre n’ont jamais été en mesure de répondre aux Américains qui, dès samedi, avaient tous inscrit au moins un point.

Jon Rahm et Sergio García.

Crédit: Getty Images

Avec une moyenne d’âge d’à peine 29 ans, Team USA a l’avenir devant elle. Dans deux ans, vraisemblablement avec Phil Mickelson comme capitaine, elle sera de nouveau redoutable à Rome. L’Europe est prévenue : cette génération américaine est appelée à régner.

Bilan États-Unis

D. Johnson : 5 matches, 5V – 0N – 0D, 5 points
C. Morikawa : 4 matches, 3V – 1N – 0D, 3 ½ points
P. Cantlay : 4 matches, 3V – 1N – 0D, 3 points
X. Schauffele : 4 matches, 3V – 0N – 1D, 3 points
B. DeChambeau : 3 matches, 2V – 1N – 0D, 2 ½ points
J. Thomas : 4 matches, 2V – 1N – 1D, 2 ½ points
B. Koepka : 4 matches, 2V – 0N – 2D, 2 points
D. Berger : 3 matches, 2V – 0N – 1D, 2 points
S. Scheffler : 3 matches, 2V – 1N – 0D, 2 points
J. Spieth : 4 matches, 1V – 1N – 2D, 1 ½ points
H. English : 1V – 0N – 2D, 1 point
T. Finau : 1V – 0N – 2D, 1 points
Ryder Cup
Spieth : "Si nous jouons comme ça, le score sera le même là-bas dans deux ans"
27/09/2021 À 07:27
Ryder Cup
Trois jours en enfer : comment l'Europe a sombré
27/09/2021 À 06:35