Les hostilités peuvent commencer ce vendredi pour les Bleues. Un an après l'échec du Mondial au Japon et à moins de huit mois des Jeux olympiques de Tokyo, les handballeuses françaises partent cette semaine à la défense de leur titre continental à Herning (Danemark), avec pour objectif minimal le dernier carré. Cet Euro 2020 sera le premier tournoi international pour les sports collectifs d'intérieur en temps de pandémie de Covid-19 et nécessitera des mesures sanitaires strictes pour garantir la sécurité des équipes et du tournoi.

Championnat d'Europe (F)
Coup tactique de Krumbholz et avenir doré : les 5 enseignements alléchants de cet Euro
21/12/2020 À 08:39

Avec le report des Jeux à cause du coronavirus, les filles d'Olivier Krumbholz se retrouvent dans la même situation qu'il y a un an : un titre à défendre à quelques mois d'une échéance olympique qui fait rêver tout le hand français car c'est la seule médaille d'or qui manque à son palmarès. Au Mondial 2019 à Kumamoto, elles étaient tombées de haut avec une élimination au premier tour. "C'est la même situation, mais en ayant pris une claque et en ayant raté une compétition. Je pense que n'importe qui essaie de ne jamais refaire deux fois la même erreur", souligne le sélectionneur de l'équipe de France, qui attend une réaction de ses joueuses majeures (Estelle Nzé-Minko, Grâce Zaadi, Béatrice Edwige) qui avaient failli au Japon.

Eviter de reproduire les mêmes erreurs

"Si on tombe dans le même piège, si on est dans les mêmes conditions et le même état d'esprit, on peut être à nouveau en difficulté", prévient-il. A Kumamoto, les Bleues s'étaient laissé bercer par "l'illusion d'une forte motivation", selon le technicien mosellan, alors qu'elles sortaient d'une période euphorique de deux titres consécutifs : Mondial 2017 et Euro 2018, avec à la clef une qualification olympique. L'élimination a marqué un coup d'arrêt après quatre podiums internationaux consécutifs (argent aux JO 2016, bronze à l'Euro 2016, or au Mondial 2017 et à l'Euro 2018), qui avaient donné l'impression d'une machine inarrêtable.

Reprendre notre place dans les quatre meilleures

"On n'a pas le droit à l'erreur sur l'investissement et les moyens, sinon on perdra. C'est aussi la leçon : on n'est pas au-dessus des autres dans le contexte international. Personne ne l'est. Ce qu'on veut faire, c'est reprendre notre place dans les quatre meilleures", annonce Krumbholz. Sur le chemin du retour vers les podiums internationaux, les coéquipières de la capitaine Siraba Dembélé, de retour après avoir eu un enfant, devront faire d'abord face à un nouvel adversaire, invisible, qu'elles ont commencé à côtoyer depuis le début de la saison et lors du premier rassemblement à l'automne : le Covid-19.

Avec une jauge de 500 spectateurs

La compétition a longtemps été en suspens, dans l'attente du verdict des autorités danoises après le renoncement de la Norvège à deux semaines du début du tournoi. Elle a finalement obtenu le feu vert danois il y a seulement une semaine. Elle se disputera dans un environnement sanitaire strict : pas de sortie de l'hôtel possible en dehors des entraînements et des rencontres, des interactions extérieures limitées au strict minimum et une présence éparse du public dans la salle de compétition. Dans les deux salles à Herning et Kolding, pas plus de 500 personnes seront autorisées, et cela inclut les équipes et staff, ainsi que la sécurité de l'événement.

Un cas positif parmi les joueuses n'entraînera pas de mise en quarantaine de l'équipe entière, mais seulement de la personne infectée. Le reste du groupe sera testé à nouveau, et devra s'isoler le temps d'obtenir les résultats. Sur le terrain, les Bleues se retrouvent dans la partie de tableau la plus relevée. Au premier tour, elles débuteront face au Monténégro en pleine reconstruction autour de la jeune Djurdjina Jaukovic, puis enchaîneront contre les Slovènes et termineront contre les hôtes danoises.

L'équipe de France championne du monde en 2017.

Crédit: Getty Images

En prenant l'une des trois premières places, elles rejoindront le tour principal, où elles devraient croiser la route des Russes, vice-championnes d'Europe 2018 et championnes olympiques 2016, des Espagnoles, vice-championnes du monde 2019 et des Suédoises, qui leur avaient barré l'accès au tour principal du Mondial2019.

Championnat d'Europe (F)
Les Bleues, à deux minutes près
20/12/2020 À 21:20
Championnat d'Europe (F)
La France lâche sa couronne européenne
20/12/2020 À 18:30