Quoi de plus parlant pour illustrer un malaise qu’un joueur et son entraîneur qui n’ont pas la même analyse d’une élimination - surtout quand elle a cette ampleur ? Didier Dinart et Nikola Karabatic n’avaient pas du tout la même vision de la désillusion des Bleus au tour préliminaire du championnat d’Europe après la défaite face à la Norvège (26-28). Le sélectionneur a voulu se montrer rassurant, au contraire de son joueur, plutôt alarmiste. Le symbole d’un certain malaise entre les joueurs et le staff ?

Ne parlez pas de crise à Dinart, il vous dira que c’est un "passage à vide" et que "la France est peut-être à son niveau". Ce passage à vide qui fait tâche dans l’histoire de l’équipe de France de handball, qui restait sur quatre podiums d’affilée dans les compétitions internationales. Et qui loupe surtout une occasion de se qualifier pour les Jeux de Tokyo. Et le contenu du match ? "Les garçons se sont bien battus, on a fait le maximum. (...) On a tenté le maximum, le but du jeu c’était de ne pas avoir de regrets". Le mal semble malheureusement plus profond qu’une différence de niveau entre les deux équipes.

Championnat d'Europe
Une claque et la porte
12/01/2020 À 18:57

"C’est un problème de confiance en nous"

Karabatic a concédé que les Bleus s’étaient montrés trop imprécis : "On commet des pertes de balles, des erreurs qui nous mettent en difficulté". Mais n’a pas hésité à se montrer inquiet : "On peut parler de crise. (...) L'important est comment nous allons travailler avec l'arrivée du TQO et les Jeux en point de mire". Les doutes étaient clairement du côté des ex-Experts dimanche et le joueur du PSG a mis des mots sur les maux : "C'est un problème d'entente et de confiance en nous".

Valentin Porte avait déjà sous-entendu, après la défaite face au Portugal (25-28), que le staff avait sa part de responsabilités : "Ils font partie de l'équipe, ils ont leurs points forts et leurs points faibles. Ils ont des choses à nous reprocher sur le match de vendredi. On n'a pas tous été à la hauteur et on a fait beaucoup d'erreurs. Mais on a aussi deux ou trois mots à leur dire… (...) On stagne". L’ailier assénait : "On ne fait clairement plus peur et tout le monde joue l'équipe de France en se disant ‘on peut les battre’".

Les Bleus ont trois mois pour trouver la solution, avant le tournoi de qualification olympique qui se déroulera en avril à Bercy. Le seul adversaire connu de la France est pour le moment la Croatie. Passage à vide, crise, équipe à son niveau… Peu importe les mots au final, seul le chantier qui attend l’équipe la plus titrée du handball compte.

Championnat du monde
Pour les Bleus, des certitudes envolées ?
31/01/2021 À 17:18
Championnat du monde
Les Bleus rentreront bredouilles
31/01/2021 À 14:56