Getty Images

Gille remplace Dinart à la tête des Bleus pour "une mission commando"

Gille remplace Dinart à la tête des Bleus pour "une mission commando"

Le 28/01/2020 à 11:56Mis à jour Le 28/01/2020 à 13:49

Comme attendu ces derniers jours, Didier Dinart n'est plus le sélectionneur de l'équipe de France de handball. L'échec cuisant du dernier Euro aura été fatal à l'ancien pilier de la défense tricolore. Il est remplacé par son ex-coéquipier et assistant Guillaume Gille pour "une mission commando". La France devra passer par un TQO du 17 au 19 avril à Bercy pour se qualifier pour les Jeux de Tokyo.

En surface, c’était déjà un camouflet retentissant. Mais en profondeur, c’était bien plus que ça. La fédération française de handball a officialisé ce mardi lors d’une conférence de presse la destitution de Didier Dinart du poste de sélectionneur des Bleus, à l’issue d’un Euro raté, confirmant une information révélée par L'Equipe ce dimanche. "Si nous poursuivions la même chose, nous faisions prendre le risque à l’équipe de France de se placarder (sic) dans le mur du tournoi de qualification olympique" a estimé le DTN, Philippe Bana. C’est Guillaume Gille, ancien adjoint de Dinart, qui le remplace pour une "mission à court terme, commando et extrêmement risquée."

La tâche de Gille sera de qualifier l’équipe de France pour les Jeux olympiques de Tokyo, qui se dérouleront cet été. Les Bleus participent aux JO sans discontinuité depuis leur médaille de bronze de 1992. Pour poursuivre cette série, ils devront terminer à l’une des deux premières places du TQO 2, organisé à Bercy du 17 au 19 avril. Face à la Croatie, à la Tunisie et au Portugal, le défi s’annonce de taille, sportivement. Mais le premier travail à effectuer relève du relationnel. "L’équipe de France n’arrivait plus à se parler. Elle a besoin de se remettre à table, a expliqué Bana. On a donc cherché quelqu’un d’humain, de très proche des joueurs, capable de refaire du ciment avec ces acteurs-là. Quelqu’un capable de connaître ce qui vient de se passer tant la souffrance est difficile."

"L’engrenage a été ultra-rapide entre décembre et janvier"

C’est à une immense échelle que le plus cuisant des revers de l’histoire de l’équipe de France dans un championnat d’Europe a eu des répercussions, selon Joël Delplanque. "L’élimination prématurée, je l’ai mal vécue, ressentie comme un choc, a raconté le président de la fédération. Choc qui s’est d’ailleurs largement diffusé au sein de l’ensemble de la fédération, jusqu’à ébranler un certain nombre de certitudes. C'est dire l'ampleur de la secousse provoquée par cet échec que je qualifie soit d'inacceptable, soit d'assez humiliant."

Le majestueux édifice que représente l’équipe de France, au sortir d’une dynastie qui a marqué l’histoire de ce sport, s’est fissuré brutalement. Philippe Bana se considère partie prenante d’une gangrène qu’il n’a pas su enrayer : "L’engrenage a été ultra-rapide entre décembre et janvier. C’est un échec pour nous de ne pas l’avoir vu (…) La crispation de Didier (Dinart) l’a amené, je pense, à se recroqueviller, s’isoler. On n’a pas été capable, tout le staff, de l’aider à sortir de cette spirale presque conflictuelle."

Didier Dinart lors de l'Euro

Didier Dinart lors de l'EuroGetty Images

"Faire de cet Euro l’échec de Didier Dinart est absurde"

Le DTN a ensuite fait l’éloge de l’ancien pilier de la défense des Bleus, membre du staff de l’équipe de France depuis 2013, et à sa tête depuis 2016. "Cette rupture relationnelle nous secoue, a-t-il déclaré, visiblement ému. Elle n’enlève rien à ce qu’est Didier Dinart : un des plus grands entraîneurs que nous n’ayons jamais eus. Quelqu’un de digne, de fort, de combattant, de guerrier. (...) On va, de concert avec le président, travailler sur la suite, la reconstruction, la place de cet homme du handball français dans notre maison."

Guillaume Gille monte donc d’un étage dans cette fameuse maison. Il va devoir s’atteler à la gageure d’effectuer une rupture dans la continuité. "Mon état d’esprit est relativement ambigu, partagé. Parce que j’ai une pensée en premier lieu pour Didier (Dinart), qui vit une situation délicate dont nous sommes tous responsables, a-t-il commencé par déclarer. Faire de cet Euro l’échec de Didier Dinart est absurde. Comme le fait d’imaginer qu’on attribue ou réserve une place sur le podium à l’équipe de France dès qu’elle participe à une compétition."

Puis le nouveau sélectionneur a évoqué son expérience, qu'il voit comme un atout : "J’ai toujours été au service des équipes, de la fédération. Le fait d’avoir porté différentes fonctions au sein des équipes de France me confère ce supplément d’âme." Un supplément d’âme mis à mal depuis quelques semaines et auquel il va devoir redonner un sens.

Didier Dinart, Guillaume Gille et Claude Onesta (France)

Didier Dinart, Guillaume Gille et Claude Onesta (France)Panoramic