Getty Images

Le Vardar Skopje remet ça, Veszprem n'y arrive toujours pas

Le Vardar Skopje remet ça, Veszprem n'y arrive toujours pas
Par AFP

Le 03/06/2019 à 08:41Mis à jour Le 03/06/2019 à 09:15

LIGUE DES CHAMPIONS - Le Vardar Skopje a remporté pour la deuxième fois la Ligue des champions de handball en battant en finale les Hongrois de Veszprem 27 à 24, dimanche en finale à Cologne.

Le Vardar Skopje remet ça. Le club macédonien a remporté pour la deuxième fois la Ligue des champions en battant en finale les Hongrois de Veszprem 27 à 24, dimanche en finale à Cologne. Le Vardar, déjà vainqueur en 2017 (contre le Paris SG), avait créé une première surprise en éliminant le favori pour le titre Barcelone en demi-finale (après avoir été mené de sept buts). Il a de nouveau déjoué les pronostics face à Veszprem, l'équipe du Français Kentin Mahé.

L'an passé, après la défaite en demi-finale contre le futur champion Montpellier, on ne donnait pas cher des chances du Vardar pour la suite car son principal bailleur de fonds, le milliardaire russe Sergueï Samsonenko menaçait de se retirer, décision finalement repoussée jusqu'à présent. Le club a perdu certains de ses meilleurs joueurs (dont le gardien Arpad Sterbik passé à Veszprem) mais en a conservé suffisamment pour rester compétitif, notamment le demi-centre croate Igor Karacic et l'arrière Letton Dainis Kristopans, un géant de 2,15 m qui a été décisif dans les deux matchs du Final Four (et qui jouera au PSG à partir de 2020).

Malédiction

Le Vardar, équipe composée de joueurs croates, russes, serbe, slovène, brésilien et letton notamment, mais de très peu de Macédoniens parmi les titulaires, a creusé l'écart en première période (16-10 juste avant la pause) grâce au pivot Rogerio Moraes (6 buts sur 6 tirs au total). Veszprem est revenu dans le match grâce à un 5-0 en début de seconde période, mais malgré son banc bien plus fourni n'a jamais pu passer devant. Kentin Mahé, qui jouait son premier Final Four à 28 ans, a été impeccable aux jets de sept mètres (6 buts), mais n'a presque pas été utilisé dans le jeu.

Le club hongrois n'arrive pas à se défaire de son étiquette de maudit. Le plus régulier ces dernières saisons avec cinq Final Four en six ans, il perd en finale pour la quatrième fois. Aucune équipe n'a échoué aussi souvent sans avoir jamais gagné.