Perdre de moins de sept buts. Ou perdre de sept buts en en inscrivant au moins 22. Mathématiquement, les Bleus connaissent la ligne rouge. La limite à ne pas dépasser contre le Portugal, dimanche, lors de la troisième et dernière rencontre d’un TQO qui doit leur permettre de disputer les JO, dont ils n’ont plus raté une édition depuis 1992 , et dont ils ont disputé les trois dernières finales. Mais les hommes de Guillaume Gille, faciles vainqueurs de la Tunisie samedi (40-29), sont loin de vouloir se lancer dans des comptes d’apothicaire.
"Le meilleur moyen de ne pas se faire peur, c'est de ne pas calculer, a tout de suite averti Hugo Descat en zone mixte, dans des propos relayés par l’AFP. On va jouer pour gagner et rien d’autre. Le ticket pour Tokyo n'est pas acté et tout peut se passer. On a à coeur de faire un gros match demain (dimanche)". Voilà pour le premier écueil à éviter. Le deuxième ? Sous-estimer une équipe du Portugal qui a posé de sérieux problèmes aux Tricolores dans un passé récent. "On est plutôt en ballottage favorable mais rien n'est fini, a rappelé Valentin Porte. On ne va pas prendre ce match à la légère et on va le jouer pour le gagner".
Olympic Qualification Tournament
Les Bleus à deux doigts de Tokyo
13/03/2021 À 21:29

"On risque une grosse déconvenue"

De Portugais qui se sont écroulés en fin de match contre la Croatie samedi (25-24) et qui, eux, n’auront pas d’autre choix que de gagner s’ils veulent voir Tokyo. "Le Portugal est une bonne nation, qu'on connait bien et qui nous connait bien. Si on pense qu'on peut se permettre de perdre, on risque une grosse déconvenue, a insisté l’ailier des Bleus. On n'a pas peur du Portugal mais c'est une équipe qui a su nous battre. Il y a quelques semaines, on leur a mis une petite volée au Mondial et ils auront peut-être à cœur de prendre une revanche".
Une chose est sûre, Guillaume Gille pourra profiter d’un effectif relativement frais physiquement, après avoir pu utiliser son banc tôt samedi. "On retiendra qu'il n'y a pas eu de blessés, on a pu faire tourner et emmagasiner de la fraicheur pour le match décisif de demain (dimanche)", a savouré Melvyn Richardson au micro de TMC. S’il y en a un qui n’a aucun calcul à faire, c’est notamment lui. "Les JO c'est un rêve. J'ai eu la chance de les vivre comme spectateur, le vivre comme joueur ça serait un rêve". Entre le rêve et la réalité, il n’y a plus qu’un match sérieux à disputer.

Ludovic Fabregas (France) face à la Tunisie

Crédit: Getty Images

Tokyo 2020
Pour les Bleus et Michaël Guigou, la porte ou l’Histoire
11/03/2021 À 23:00
Championnat du monde
Pour les Bleus, des certitudes envolées ?
31/01/2021 À 17:18