L’équipe de France aura tout tenté mais il n’y avait rien à faire face à cette Ukraine-là. Malgré un énorme relais de Benjamin Daviet, qui avait alors repoussé le futur vainqueur à plus d’une minute, les Bleus et Anthony Chalençon n’ont pu résister au retour des Ukrainiens et laissent filer leur titre acquis en 2018. Les Français glanent malgré tout une 11e médaille à Pékin, en prenant la 2e place (+ 25’’1). La Norvège (+ 35’’7) complète le podium. Il s’agit du premier sacre de l’Ukraine sur le relais messieurs aux Paralympiques.
Abonnez-vous à Eurosport pour suivre une année complète de sport !

La France avait pourtant 1’04’’ d’avance avant le dernier relais…

Jeux Paralympiques
Bauchet au plus que parfait, Deleplace et Bochet en-dedans : le carnet de notes des Bleus
13/03/2022 À 18:15
Contrairement à Pyeongchang (ils étaient trois), l’équipe de France avait fait le pari de n’aligner que deux fondeurs à Pékin, Benjamin Daviet et Anthony Chalençon. Une tactique également utilisée par le Canada, avec moins de réussite (6e) malgré un énorme Brian McKeever, mais censé mettre en valeur la force de nos deux athlètes. C’est exactement ce qu’il s’est passé. Du moins pendant trois relais, durant lesquels les Bleus étaient parfaitement dans la course au titre.

Anthony Chalençon derrière son guide sur le relais des Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Premier relayeur, Daviet avait contenu Siuarko, laissant l’équipe de France dans le bon wagon avant que Chalençon ne réalise une grosse performance en tenant tête à Vovhynskyi. A mi-parcours, les Bleus étaient dans le sillage des Ukrainiens (+ 13’’3), moment choisi par Daviet pour opérer un relais extraordinaire. Opposé à l‘Ukrainien au plus fort handicap, le porte-drapeau tricolore a collé 1’17’’ (!) à Kravchuk pour propulser l’équipe de France vers une deuxième couronne consécutive. Seul McKeever était parvenu à lui reprendre du temps sur ce relais. Anthony Chalençon n’avait plus qu’à conclure.

La force du collectif ukrainien a payé

Mais le Tricolore était visiblement émoussé par toutes les courses et tous les efforts accumulés depuis le début de ces Jeux. En manque de jus, il a été incapable de mettre le rythme nécessaire pour espérer contenir le retour de Kovalevskyi et offrir l’or aux Bleus. Si l’équipe de France ne peut pas regretter son choix de n’aligner que deux athlètes, elle a sans doute payé la fraicheur et la force du collectif ukrainien, capable d’aligner trois fondeurs de très haut niveau, au handicap moins important que les Bleus (99% pour Siuarko et Kovalevskyi, 96% pour Vovchynkyi contre 92% pour Daviet et 88% pour Chalençon).

L'Ukraine célèbre son titre sur le relais aux Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Derrière l'Ukraine, sacrée pour la première fois de son histoire dans un contexte pourtant compliqué, les Français doivent donc se contenter de la médaille d’argent, la 11e médaille du collectif tricolore dans Jeux. Il s'agit du troisième podium consécutif sur le relais 4x2,5km libre, après le bronze de Sotchi et l’or de Pyeongchang. Vu la domination ukrainienne et la razzia de la Chine, par ailleurs très décevante dans ce relais (4e), depuis le début des Jeux, c’est presque une petite victoire pour les Bleus d’accrocher cette 2e place. Même s’ils rêvaient sans doute de rééditer leur performance de 2018.
Jeux Paralympiques
La Chine reine à domicile, la France encore au pied du podium : le tableau des médailles final
13/03/2022 À 10:58
Jeux Paralympiques
De zéro à héros, l'étonnante percée des Chinois
13/03/2022 À 10:25