Biathlon : 9/10

Ces JO auront été historique pour les Français, auteurs de leur record de médailles en biathlon (7) et sacrés chez les femmes (Braisaz-Bouchet sur la mass-start) comme chez les hommes (Fillon Maillet sur l’Individuel et la poursuite). Un accomplissement qui ne peut que valoir une très belle note.
Mais cette performance d’ensemble tient tout de même beaucoup à Quentin Fillon-Maillet, qui a ramené 5 médailles à lui seul et qui a confirmé, aux JO, son statut de chef de file du biathlon tricolore. Et le record de médailles n'efface pas totalement certaines déceptions, comme le relais femmes (seulement 6e) ou un Emilien Jacquelin passé à côté (9e au mieux en individuel).
Pékin 2022
Des ralentis à gogo pour revivre les plus belles images des Jeux Olympiques de Pékin 2022
25/02/2022 À 15:16

Fillon Maillet : "Je fais partie de ces gamins qui rêvaient d’olympisme, j’ai tenté et j’ai percé"

Bobsleigh : 6/10

Respect. Voilà ce qui nous vient spontanément à l’esprit au moment d’évoquer les performances de Margot Boch à Pékin. Fille et petite-fille de bobeurs chevronnés, la Plagnarde s'est lancée dans l’aventure en 2018. Elle partait de nulle part, ne pouvait guère compter sur une Fédération des sports de glace peu encline à sortir le chéquier pour l’aider. Et pourtant, elle n’a pas démérité, finissant 11e en monobob et 13e (avec Carla Sénéchal) en bob à deux. Cette belle histoire permet aisément de passer outre la relative déception suscitée par la performance de Romain Heinrich, Lionel Lefebvre, Dorian Hauterville et Jérôme Laporal, avant-derniers en bob à quatre.
Calendrier et résultats | Tout sur l'équipe de France | Toutes les vidéos | Tableau des médailles

Combiné nordique : 6/10

Ils ont été au niveau attendu. Malheureusement, il se situe loin des podiums en ce qui les concerne. La 5e place sur le relais est le seul top 10 récolté par l’équipe de France, mais il symbolise assez bien le niveau des Bleus, à leur place sur cette épreuve par équipes. Si les résultats "bruts" n’ont pas été au rendez-vous, cela n’empêche pas les Français d’avoir semé quelques belles promesses lors de ces Jeux de Pékin. A l’image par exemple du jeune (19 ans) Mattéo Baud, excellent sur le sautoir et meilleur Tricolore (18e) sur tremplin normal. Sans oublier un relais où le quatuor a presque fait jeu égal sur les skis avec les tous meilleurs. Prometteur pour l’avenir.

Patinage artistique : 8/10

Il n’y aura pas eu de surprises. Ni bonne mais, surtout, ni mauvaise. Grands favoris et fortement attendus, Gabriela Papadakis et Guillaume Cizeron ont parfaitement tenu la pression pour décrocher le seul titre qui manquait à leur palmarès. En s’offrant, cerise sur le gâteau, le record du monde de la danse rythmique et de la note totale en danse sur glace. Excusez du peu ! En individuel hommes, les jeunes Kevin Aymoz (24 ans) et Adam Siao Him Fa (21 ans) n'avaient quasi aucune chance de jouer un podium mais ont tenu leur rang (12e et 14e), avec notamment un beau programme court d'Aymoz. Costaud.

Un couple en or : le programme libre qui a sacré Papadakis et Cizeron

Short track : 4,5/10

Il était compliqué d’avoir la moindre attente de médaille, surtout que le groupe France n'a pas été épargné par le Covid-19, ni avant, ni pendant ces Jeux. Les performances en individuel de Sébastien Lepape et Quentin Fercoq chez les hommes ainsi que Tifany Huot-Marchand et Gwendoline Daudet ne laissaient que peu de chances de podium.
On était toutefois en droit d'espérer que plus d'un seul Français (Lepape en 500m) parvienne à passer les séries. Mais c’est surtout en relais que les Tricolores ont déçu, éliminés dès les quarts de finale de l’épreuve mixte. L'absence du relais femmes, vice-champion du monde en titre, a forcément pénalisé le bilan…

Symbole d'une triste journée pour le short-track français, Sébastien Lepape a été éliminé sur chute dans sa série du 1500m

Crédit: Getty Images

Saut à ski : 6/10

Pas de médaille non plus en saut à ski mais les attentes étaient ailleurs. Pour sa première olympiade, à 19 ans, Joséphine Pagnier a confirmé qu’elle était l'avenir du saut à ski tricolore. Quelques jours après une 4e place en Coupe du monde, la Pontissalienne a joué crânement sa chance sur l'épreuve du tremplin normal (11e). Si elle a un peu été rattrapée par la pression sur son second saut, son premier avait été brillant (7e). Le bilan est un peu plus compliqué pour Julia Clair, qui ne s’est pas qualifiée pour la finale (34e après le premier saut).

Joséphine Pagnier, 11e pour ses premiers JO

Ski acrobatique : 3,5/10

Par où commencer ? Malgré une pointe de déception vu le scénario en Big Air et sa 7e place en slopestyle, Tess Ledeux ressort des JO forte d’une médaille d’argent (en Big Air). Les félicitations s’imposent mais c’est presque une hérésie que ce soit la seule médaille glanée par la France.
En bosses, Benjamin Cavet est passée tout proche d’en glaner une autre (4e) tout comme Perrine Laffont, qui a raté un podium qui paraissait assuré (4e). Mais, surtout, le skicross tricolore a complètement raté ses JO. C’était un peu plus attendu chez les femmes (14e place pour Jade Grillet-Aubert) que les hommes, où un seul des quatre Français s’est qualifié pour la demi-finale. Le triplé de Sotchi semble très loin… À noter toutefois la belle performance de Kevin Rolland (6e) en halfpipe, son meilleur résultat depuis son grave accident.

Rolland s'est fait plaisir pour finir : Son dernier run en vidéo

Ski alpin : 7,5/10

Avec trois médailles, dont une de chaque métal, le ski alpin français signe son meilleur bilan depuis 20 ans. En slalom, Clément Noël lui a apporté son premier titre depuis 2006. Argenté en descente, Johan Clarey (41 ans) est devenu le plus vieux médaillé olympique en ski alpin. Et le bronzé Mathieu Faivre a mis la France sur le podium du géant pour la 3e fois consécutive.

François-Xavier Rallet et Jean-Pierre Vidal intenables pour le sacre de Clément Noël

Deux ombres à ce joli tableau : les médailles sont exclusivement masculines, une triste habitude depuis 20 ans, et les deux leaders historiques de l'équipe ont failli. Alexis Pinturault, en difficulté depuis le début de son hiver post-cristal, n'a pas eu le sursaut espéré en Chine et repart des JO sans médaille, une première pour lui. La déception est grande également pour la double championne du monde Tessa Worley, qui a laissé passer sa dernière chance de garnir son immense palmarès d'une breloque olympique.

Après l'échec en Géant, Tessa Worley veut relever la tête

Crédit: Getty Images

Ski de fond : 5,5/10

Certes, la France a perpétué la tradition en glanant une nouvelle fois le bronze - après Sotchi et Pyeongchang - sur le relais masculin. Dans l’ensemble, le bilan des fondeurs tricolores reste malgré tout un peu décevant. Même s’ils étaient des prétendants crédibles à la médaille, ni Richard Jouve ni Lucas Chanavat n’ont atteint la finale du sprint. Le choix d’aligner Hugo Lapalus aux côtés de Jouve dans le sprint classique par équipes ne s’est pas avéré payant (7e en finale). Difficile de reprocher quoi que ce soit aux féminines, qui n’étaient de toute façon pas armées pour bousculer les cadors de la discipline.

Une attaque tranchante et déterminante : comment Manificat a mis la France sur la voie du podium

Snowboard : 5/10

Meilleure Française cette saison en Coupe du monde, Chloé Trespeuch a parfaitement assumé son statut en décrochant l’argent en cross. Une discipline où l’on attendait forcément plus de Julia Pereira de Sousa Mabileau, 2e aux JO 2018 et éliminée en demies. Lui aussi sorti aux portes de la finale, Merlin Surget visait mieux que sa 5e place finale, toutefois conforme à son classement de la saison.
Mais le plus gros regret vient clairement de l’épreuve par équipes mixte, où les Bleus ont été éliminés d’entrée, victimes d’un gros problème de glisse. Pas de miracle non plus pour Lucile Lefevre (slopestyle et BigAir) et Liam Tourki (halfpipe), qui n’ont pas passé les qualifications. Une médaille mais trois (relatives) déceptions : bilan mitigé pour le snowboard.

La joie de Chloé Trespeuch sur le podium du snowboard cross

Disciplines non notées car la France n'y était pas représentée : curling, hockey sur glace, luge, patinage de vitesse, skeleton.
Pékin 2022
Guerre en Ukraine : le CIO accuse Moscou d'avoir violé la trêve olympique
24/02/2022 À 13:47
Pékin 2022
"Il est champion olympique !" Quand les commentateurs d'Eurosport s'enflamment à travers l'Europe
23/02/2022 À 10:48