La Guinée fait marche arrière et va finalement envoyer ses cinq athlètes aux JO de Tokyo 2020, reportés à 2021 en raison du Covid-19. "Le gouvernement, après l'obtention de garanties des autorités sanitaires, donne son accord pour la participation de nos sportifs à la 32e Olympiade de Tokyo", a annoncé le ministre des Sports Sanoussy Bantama Sow dans un communiqué.
Le ministre a précisé avoir eu "l'assurance des autorités japonaises et de l'ambassade de la Guinée au Japon" que "toutes les dispositions sanitaires seront prises pour protéger la délégation guinéenne" qui quitte Conakry jeudi soir pour le Japon, dans une déclaration jeudi à l'AFP. Conakry avait annoncé mercredi qu'"en raison de la recrudescence de variants de la Covid-19" et "soucieux de préserver la santé des athlètes guinéens", avoir "décidé avec regret l'annulation de la participation de la Guinée aux jeux de Tokyo", dans un courrier du ministre des Sports adressé au président du Comité olympique guinéen qu'a pu consulter l'AFP.
Tokyo 2020
Même sans spectateur, Tokyo a été à la hauteur : les plus belles images de la cérémonie d'ouverture
IL Y A 9 HEURES

Des problèmes financiers à l'origine de la décision ?

Le ministre a écarté jeudi des problèmes financiers allégués pour justifier le renoncement aux Jeux de ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, en rapport avec des rumeurs de surfacturation, dans la déclaration à l'AFP. "Nous n'osons pas surfacturer. Ce sont seulement 19 personnes qui vont faire partie de (la) délégation qui sera conduite par moi-même", a dit le ministre Sow, sans donner d'indication financière. Une source proche du gouvernement avait indiqué à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, que "le dossier avait été surfacturé, voilà pourquoi le ministère ne peut pas payer", sans plus de détails.
La Guinée, qui n'a jamais remporté de médailles en 11 participations aux JO, devait envoyer à Tokyo Fatoumata Yarie Camara (lutte libre), Mamadou Samba Bah (judo), Fatoumata Lamarana Touré et Mamadou Tahirou Bah (natation) et Aïssata Deen Conté (athlétisme, 100 m féminin). Avant la Guinée mercredi, la Corée du Nord avait annoncé dès avril qu'elle ne participerait pas aux Jeux Olympiques de Tokyo pour "protéger" ses athlètes de toute risque lié à la pandémie de coronavirus. Alors que le softball et le football ont ouvert mercredi le bal des épreuves sportives de ces jeux devant se dérouler dans des conditions très strictes, le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rappelé que "la course contre le virus" du Covid-19 n'était toujours pas gagnée.
Tokyo 2020
Sobriété, technologie et Osaka : les Jeux de Tokyo sont ouverts
IL Y A 11 HEURES
Tokyo 2020
Le moment historique où Osaka a embrasé la vasque olympique
IL Y A 11 HEURES