Les épreuves

11 090 athlètes en lice pour ces JO de Tokyo 2020. Parmi-ceux-ci, jamais la parité hommes-femmes n'avait été aussi proche d'être atteinte, avec 48,8 % de femmes parmi les concurrents.
206 pays représentés. Soit deux de moins qu'en 2016, à Rio, qui avaient constitué un record.
Tokyo 2020
11,3 milliards d'euros : Les JO de Tokyo un peu moins chers que prévu
22/12/2021 À 10:36

Vous les avez ? Voici les cinq plus "petits" pays à avoir décroché une médaille olympique

339 épreuves disputées durant la quinzaine. Jamais les Jeux n'avaient offert autant d'épreuves différentes au programme.
34 épreuves en une seule journée. Ce n'est pas encore la tradition du Manic Monday de Wimbledon. Mais les JO ont eux aussi leur journée de frénésie sportive. Le "Super Saturday", le 7 août 2021 verra 34 épreuves se disputer, le plus grand nombre d’épreuves en une seule journée des Jeux.
33 sports. Les Jeux de Tokyo 2020 regrouperont 33 disciplines, parmi lesquelles 5 nouveaux sports : lebasket 3x3, le karaté, le skateboard, le surf et l’escalade sportive.
2008, la dernière édition des Jeux durant laquelle le softball et le baseball étaient au programme. Les deux sports de batte, un temps exclus, font leur retour à Tokyo, le Japon étant particulièrement friand de ces deux sports.

L'équipe d'Australie de softball est arrivée à Tokyo à l'approche des Jeux Olympiques

Crédit: Getty Images

Les sites

42 sites de compétitions. Ils regroupés en grande majorité dans deux grandes zones, celle nommée zone Héritage, dans le quartier central de la capitale nippone où avaient été bâtis plusieurs batiments pour les JO de 1964, et la zone de la Baie de Tokyo.
24 sites déjà existants. Pour alléger la note, le comité d'organisation a tenté de s'appuyer sur des lieux qui n'avaient besoin que de travaux et non de construction complète. 10 autres sites n'existeront que le temps des JO, et 8 autres sont sortis de terre pour les Jeux.

De Tokyo à Fukushima, les sites des Jeux Olympiques

La cérémonie d'ouverture et la flamme olympique

365 jours de retard. La cérémonie d'ouverture des JO aura lieu un an jour pour jour après la date prévue en premier lieu, les Jeux ayant été repoussés d’une année par la pandémie de Covid-19.
9 653 kilomètres. Pour arriver jusqu'à sa destination, le relais de la flamme olympique a parcouru près de 10 000 kilomètres en 121 jours.
98% des Japonais touchés… en théorie. Les points de passage du relais de la flamme, depuis la préfecture de Fukushima, avaient été pensés pour être accessibles en une heure de route ou de train pour environ 98 % des Japonais. Mais le huis-clos, puis les interdictions contraintes par la pandémie de coronavirus ont perturbé ces beaux desseins.
200 kilos, le poids de la vasque. Lors de chacun de ses passages, la flamme a été déposée dans une "vasque de célébration", conçue spécialement. Celle-ci pèse 200 kilogrammes et mesure 1,5 mètre de haut. Le sommet de cet écrin en or rose a la forme caractéristique de la fleur de cerisier, tout comme les flammes utilisées lors du relais.
0 flamme dans le Stade Olympique. Pour la première fois, la vasque ne se trouvera pas dans le stade-même, mais sur le front de mer de Tokyo. Elle sera visible là-bas pour le public, dans une zone qui doit notamment accueillir l’escalade, le basket-ball 3×3, le BMX freestyle ou le skateboard.

Stade Olympique

Crédit: Eurosport

Le budget

13 milliards d'euros de budget final. Voilà ce que les JO de Tokyo coûteront finalement au Comité d'organisation selon ses estimations. Ce montant dépasse celui des JO de Londres et feront de l'édition nippone les Jeux d'été les plus chers de l'histoire.
2,3 milliards d'euros de dépassement entre 2020 et 2021. Les mesures pour lutter contre le Covid-19, le report des compétitions et le manque à gagner lié à l'absence de public ont mécaniquement fait grimper la note pour Tokyo-2020. Les coûts logistiques, (transport, sécurité, communication) sont désormais chiffrés à 5,62 milliards d'euros, un bond de 19% par rapport au précédent budget présenté fin 2019.
7,13 milliards d'euros de budget initial. Dans son cahier des charges présenté au CIO au moment de l'élection de la ville-hôte, la candidature japonaise ne devait guère dépasser les sept millions d'euros, une avancée en termes de limitation des coûts par rapport aux dernières éditions. Un vœu pieu qui n'a pu être tenu.
35,6 milliards d'euros de manque à gagner en cas de report total. C'est ce que chiffrait une étude effectuée par Katsuhiro Miyamoto, professeur émérite de sciences économiques à l'université de Kansai. Ce montant comprend non seulement l'organisation des Jeux, mais également toutes les conséquences indirectes de leur non-tenue. Il correspond à environ 1 % du Produit Intérieur Brut (PIB) du Japon. L'étude estimait alors à 11 milliards d'euros la situation d'un nombre de spectateurs réduit de moitié. Aucun fan étranger n'aura finalement l'autorisation d'assister aux JO.
6 210 000 téléphones portables usagés. C'est le don fait par la population japonaise pour aider à fabriquer les médailles d’or, d’argent et de bronze de Tokyo 2020. Cela représente 78 985 tonnes de petits appareils électroniques.
Tokyo 2020
L'Ukraine a organisé des contrôles antidopage aléatoires... qui ne l'étaient pas
27/10/2021 À 06:21
Tokyo 2020
Macron a décoré les médaillés de Tokyo et vise le "Top 5" lors de Paris 2024
13/09/2021 À 19:20