Riner en winner. Pour sa première compétition internationale depuis sa défaite (sa première après 154 combats d’invincibilité) au tournoi de Paris, en février 2020, Teddy Riner voulait “remettre les pendules à l’heure”. Objectif rempli pour le Tricolore qui s’est plus que rassuré lors du Masters de Doha. Vainqueur du Russe Inal Tasoev par pénalités en finale, “Teddy Winner” a donné le ton au Qatar.
Omniprésent, rapide, le Français a vite pris les choses en main dans son combat pour l’or face au Russe. Revanchard, Riner a étouffé le dernier vice-champion d’Europe de la catégorie. Sans solution, ce dernier, reclus face au sérieux et aux assauts répétés du double champion olympique, s’est incliné après avoir reçu trois pénalités.
Tokyo 2020
"On a de l'or à aller chercher à Paris" : Riner et Agbegnenou ont pris rendez-vous
02/08/2021 À 15:59

Une reprise en mode diesel avant de lâcher les chevaux

Si le décuple champion du monde a semblé démarrer son tournoi dans le plus grand des calmes, il a très vite rappelé l’immense champion qu’il était. De son premier tour face au Néerlandais Roy Meyer à sa finale face à Inal Tasoev, Teddy Riner, 21e au classement mondial ce matin (il sera aux portes du top 10 suite à sa victoire à Doha), a livré un véritable récital tout au long de la journée, face à des adversaires figurant pourtant parmi les meilleurs du circuit. Mais ce mercredi, tout semblait trop facile pour le judoka français.

Teddy Riner face à Gela Zaalishvili lors du Masters de Doha 2021

Crédit: Getty Images

Riner a sorti l’étendue de sa palette judo pour avancer dans la compétition. Vigilant sur les prises et dans ses déplacements, entreprenant, le Français était trop fort. Et s’il n’a cessé de monter en puissance tout au long de la journée, c’est surtout physiquement que le judoka licencié au PSG a donné le plus de garanties.

Une forme physique rassurante

Car ce Masters de Doha était avant tout l’occasion d’avoir un indicateur de l’état de forme du natif des Abymes. Piqué à vif par sa défaite à Paris où il avait semblé émoussé et en perte de vitesse, le judoka a mis les bouchées doubles en 2020 pour rebondir. Délesté de vingt kilos, Teddy Riner semble transformé et affûté comme jamais.
"Je pense que j'ai remis les pendules à l'heure. C'était une prise d'information pour moi. Même si j'étais déjà qualifié pour les Jeux, c'était aussi important de prendre des points, mais surtout de savoir où j'en étais. Ca fait du bien de revenir comme ça, de se sentir mieux", s'est notamment réjoui le judoka, au micro de La Chaîne L'Equipe. Avant néanmoins de relativiser, ne perdant pas de vue son principal objectif de 2021. "Il y a des choses qui ont été mises en place qui marchent et il y en a encore beaucoup qui peuvent faire la différence. Pour la suite, c'est bon présage, mais il ne faut pas se tromper d'objectif. C'est le Masters, c'est les meilleurs, mais les Jeux olympiques, c'est 'que' les meilleurs."
A quelques mois des Jeux olympiques de Tokyo, Teddy Riner a marqué les esprits. Une performance salutaire qui pose les jalons d’une année déterminante pour le champion français, en quête d’un historique troisième sacre olympique cette saison. Le Tricolore a faim de titres. La planète est prévenue.

Teddy Riner avec Nasser Al Khelaifi lors du Masters de Doha 2021

Crédit: Getty Images

Tokyo 2020
Dicko : "Teddy me dit : 'Moi aussi j'ai commencé par du bronze, regarde ce que j'ai fait après'"
02/08/2021 À 08:22
Tokyo 2020
Cysique sur Riner : "Il nous a montré le chemin à suivre"
02/08/2021 À 08:01