Teddy Riner a perdu. Cette phrase, à elle seule, représente un évènement. Mais ce samedi à Brest, la défaite de Riner fait d’autant plus de bruit qu’elle est, selon lui, le fruit d’une erreur arbitrale. Le colosse du Paris Saint-Germain a chuté, avec son club, en quarts de finale des championnats de France par équipes, battu aux pénalités lors du duel décisif par Joseph Terhec, membre de Sucy Judo, qui a remporté le titre.

Très remonté en zone mixte, Riner n’en démordait pas : il ne méritait pas de perdre ce combat. "Encore, le premier shido, où c’est tous les deux… il n’y a pas de problème. Mais tu es arbitre, tu sais que tu as déjà fait une petite erreur et tu continues… non", s’est plaint le double champion olympique. Il s’est dit surtout déçu à titre collectif : "C’est l’injustice que je ressens. Il y a une grosse erreur d’arbitrage qui coûte un tour au Paris Saint-Germain."

Tokyo 2020
La prise de conscience de Riner : "Quand je vois la corpulence que j'avais développée..."
18/07/2020 À 14:33
Je montre l’exemple, je pose mon judo, j’essaie… et c’est moi qui suis pénalisé

Teddy Riner s’est estimé privé d’un rôle de guide qui lui tenait à cœur : "Les jeunes, qu’est-ce que je vais leur dire ? Ils sont dégoûtés. Je suis le grand-frère, 31 ans, je dois montrer l’exemple. Je montre l’exemple, je pose mon judo, j’essaie… et c’est moi qui suis pénalisé. Il faut arrêter (…) Ils comptaient fêter, grandir ensemble, se faire une petite aventure et écrire une page de leur histoire. C’est raté. C’est dommage, cela m’embête pour eux." A-t-il payé son statut ? Questionné à ce sujet, Riner a répondu : "Je ne sais pas si c’était Teddy Riner ou le Paris Saint-Germain (qu’ils voulaient se payer, ndlr), mais bon… Ils ont réussi."

Résultat, à titre individuel, il rate une occasion d’engranger de la confiance dans la perspective, notamment, des JO l’an prochain, alors qu’il avait été vaincu pour la première fois depuis 2010, en février à Bercy lors du Grand Slam de Paris. "Moi, encore, ce n’est pas très grave. Ce sont les championnats de France par équipes…" a-t-il rétorqué, concernant son cas personnel, peu inquiet : "Cela me fait plus rire qu’autre chose." Rire, certes, mais très jaune.

"Niveau mental, Douillet et Riner, ce sont des 'Dexter' du judo, ils ne sont pas là pour rigoler"

Judo
20 secondes pour une 152e victoire de suite : le monstre Riner a encore frappé
08/10/2019 À 21:46
Judo
Riner renonce aux Mondiaux : "Je ne suis pas encore prêt"
08/07/2019 À 11:44