Le rêve de Ryan Lochte de participer à ses cinquièmes Jeux olympiques à Tokyo s'est évanoui vendredi après une septième place décevante, obtenue sur le 200 m quatre nages, lors des sélections américaines disputées à Omaha (Nebraska).
Lochte, dont les 12 médailles olympiques incluent six en or obtenues lors de ces quatre dernières participations aux JO, n'a jamais vraiment compté dans cette finale remportée par Michael Andrew en 1'55"44. Sixième après le papillon en ouverture, il a rétrocédé à la septième place alors qu'Andrew imprimait un rythme d'enfer à la course, fléchissant légèrement mais toujours confortablement en tête devant Chase Kalisz, qui a terminé second (1'56"97). Lochte, dont le record du monde en 1'54"00, réalisé aux championnats du monde en 2011, tient toujours, a fini en 1'59"67.
Dès sa sortie du bassin il a reçu les embrassades de ses adversaires Michael Andrew et Chase Kalisz, mais aussi de Michael Phelps, longtemps son coéquipier dans l'équipe olympique américaine. "C'est une légende dans l'eau", a commenté Andrew à propos de Lochte, qui, à 36 ans, espérait devenir l'homme le plus âgé à représenter les couleurs de son pays aux Jeux olympiques. Le 200m quatre nages était sa dernière chance de qualification, après avoir échoué en 200 m nage libre.
Tokyo 2020
Dressel, fin d'une semaine "terrifiante" : "Là, j'ai envie de tout sauf de nager"
IL Y A 11 HEURES

Dressel en impose encore

Dans les autres finales de vendredi, Abbey Weitzeil a composté son billet pour Tokyo, en remportant le 100 m nage libre féminin en 53"53, devant Erika Brown deuxième (53"59). Olivia Smoliga (53"63) et Natalie Hinds (53"84) ont terminé troisième et quatrième et devraient être du relais américain aux Jeux. La course s'est déroulée sans Simone Manuel, médaillée d'or à Rio, qui a révélé après sa neuvième place en demi-finale qu'elle souffrait d'un syndrome de surentraînement.
Ryan Murphy a pour sa part remporté le 200 m dos en 1'54"20 et pourra tenter de réaliser un deuxième doublé olympique consécutif au japon, lui qui avait décroché l'or sur cette distance et sur 100 m dos en 2016. Enfin, Caeleb Dressel a poursuivi sa démonstration de force en s'imposant dans la demi-finale du 100 m papillon en 49"76 sec, meilleure performance de l'année. Détenteur de record du monde de la distance, il sera évidemment favori samedi en finale.
Tokyo 2020
"Je suis fier de moi" : Dressel, quinte d'or pour un règne absolu
IL Y A UN JOUR
Tokyo 2020
Palmarès de légende, plaisir de gamin : Manaudou, le voyage pas banal
IL Y A UN JOUR