Loeb imparable

Loeb imparable
Par Eurosport

Le 29/12/2011 à 14:16Mis à jour Le 01/01/2012 à 16:53

Un huitième titre mondial consécutif en rallye, la fidélité à ses valeurs et une proximité avec le public ont donc fait de Sébastien Loeb le lauréat de notre classement des sportifs français de l'année 2011. C'est le troisième sacre d'affilée pour l'Alsacien, et le quatrième en cinq ans.

1. Sébastien Loeb (Rallye) - 136 points
2. Teddy Riner (Judo) - 126 points
3. Nikola Karabatic (Handball) - 91 points
4. Christophe Lemaitre (Athlétisme) - 74 points
5. Thierry Dusautoir (Rugby) - 63 points
6. Thomas Voeckler (Cyclisme) - 62 points
7. Camille Lacourt (Natation) - 51 points
8. Jean-Baptiste Grange (Ski alpin) - 47 points
9. Tony Parker (Basket-ball) - 36 points
10. Grégory Baugé (Cyclisme) et Jason Lamy-Chappuis (Combiné) - 31 points

Ont également obtenu des points: Jo-Wilfried Tsonga (Tennis), Lucie Decosse (Judo), Sonia Bompatsor (Football), Jérémy Stravius (Natation), Martin Fourcade (Biathlon), Audrey Tcheuméo (Judo), Jerome Fernandez (Handball), Eric Abidal (Football), Jean-Pierre Dick (Voile), Gaetane Thiney (Football), Gevrise Emane (Judo)

Citroën Communication

POURQUOI LUI ?

Parce que l'Alsacien a encore une fois participé au rayonnement du sport français et porté Citroën encore plus haut, jusqu'au record de victoires (80) que détenait Ford. En dix ans de carrière avec le Double chevron, son engagement n'a jamais connu de faille. Avec une attitude toute aussi exemplaire en dehors des pistes : il ne s'est pas énervé sous les coups de boutoir médiatiques de son coéquipier cohabitationniste Ogier.

Couronné une huitième fois, il a lâché Michael Schumacher et Valentino Rossi, quitté le cercle des "Magnificent Seven". Pas contrarié, l'Allemand s'est empressé de le féliciter. L'Italien n'a bizarrement pas réagi, considérant ses neuf titres. Mais peut-on sérieusement mélanger des titres "premium" de MotoGP avec des consécrations tremplins en Moto2, 125cc voire Superbike ? Quand bien même on le concevrait, Loeb trônerait du haut de ses neuf titres, fort d'une reconnaissance en Mondial Junior WRC (2001).

AFP

En 2010, la popularité de Loeb avait incité la Fédération française à sortir son rallye de Corse. Après le rêve, ce fut le cauchemar : une casse moteur a gâché ses retrouvailles avec le public alsacien. Curieusement titré en Grande Bretagne, il a ensuite réservé la présentation de sa nouvelle équipe, le Sébastien Loeb Racing, à sa ville natale. L'idée ? Eviter les démangeaisons dans le costume de manager en rallye et cumuler sur les pistes asphaltées qu'il apprécie les rôles de pilote et de patron, conjointement avec l'ami qui l'a découvert et lancé, Dominique Heintz. L'amitié toujours, la France encore, où il veut courir plus souvent. Avec les 24 heures du Mans en point d'orgue en 2013, sur un proto. Pourquoi pas avec le casque si l'agenda WRC le permet.

________________________________________________________________________________________________

SON ANNÉE EN 5 DATES

17 août : il resigne pour 2012, avec 2013 en option. En faisant une promesse : ne jamais piloter en WRC pour une autre marque que Citroën. Frédéric Banzet, directeur général de Citroën : "Sébastien Loeb est un formidable ambassadeur pour la marque. Son image et la nôtre sont aujourd’hui fortement liées. Il incarne l’audace, la sportivité, l’esprit de compétition, des valeurs qui nous sont chères. Nous sommes fiers de sa fidélité à Citroën et qu’il poursuive sa carrière avec l’équipe qui l’a porté depuis ses débuts."

13 octobre : une reconnaissance de plus, au musée Grévin à Paris. "Ça fait bizarre de pouvoir faire le tour de soi", remarque-t-il à côté de son double en cire.

30 octobre : scenario catastrophe à la maison. Dans la 3e spéciale alsacienne, il stoppe en urgence sa DS3 mais il est trop tard. Le moteur a tourné 6 à 7 secondes sans lubrification à cause d'une courroie défaillante. Ce qui l'interdit même de passer dans son village. Son compatriote et néanmoins rival Ogier gagne et Hirvonen, 2e, revient à sa hauteur en tête du Mondial…

11 novembre : octuple champion après l'abandon d'Hirvonen (Ford), sur faute. Vettel admiratif à Abou Dabi : "Le plus important est que c'est un type très sympa, très terre-à-terre, quelqu'un de vraiment bien. On pourrait probablement parler pendant des heures de ses qualités."

1er décembre : présentation du Sébastien Loeb Racing, implanté près d'Haguenau, avec son complice Dominique Heintz. "Notre aventure a commencé ici il y a quinze ans. Nos racines sont en Alsace. L'aspect humain est partie intégrante de ce challenge", dit-il. En 2012, Porsche Carrera Cup, Formula Le Mans et peut-être championnat de France GT. 2013 : les 24 Heures du Mans en LMP2.

________________________________________________________________________________________________

LE PALMARES

TOP 10 FRANCE (Eurosport.fr)
2011: Sébastien Loeb
2010: Sébastien Loeb
2009: Sébastien Loeb
2008: Alain Bernard
2007: Sébastien Loeb
2006: Amélie Mauresmo
2005: Ladji Doucouré
2004: Laure Manaudou

TOP 10 FRANCE (Internautes)
2011: ?
2010: Sébastien Loeb
2009: Sébastien Loeb
2008: Alain Bernard

0
0