Kei Sato pourrait rentrer dans l'histoire de son pays. Et ce, pour une très mauvaise raison. Le Japonais, patineur de vitesse de son état, a été contrôlé positif à l'acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, selon l'agence de presse japonaise Kyodo. Ce qui ferait du sportif de 21 ans le premier cas de dopage de ces JO de Pyeongchang.

PyeongChang
Les Pays-Bas en bronze... sans avoir pris part à la finale pour la médaille !
20/02/2018 À 14:14

L'agence de presse précise, citant plusieurs sources anonymes que Sato, qui avait participé samedi au 1500m, a été pris par la patrouille lors d'un contrôle hors-compétition. Le comité national olympique nippon doit tenir une conférence de presse ce mardi. Le CIO non plus n'a pas confirmé ce cas, rappelant que les contrôles antidopage durant les Jeux étaient de la responsabilité de l'Autorité des tests antidopage (ITA) dirigée par l'ancienne ministre française des Sports Valérie Fourneyron.

"Je veux me battre pour prouver mon innocence", a déclaré mardi dans un communiqué le patineur japonais. "Je suis extrêmement surpris (...) je n'ai jamais pris de produits dopants et n'ai donc jamais eu l'intention de les cacher".

PyeongChang
Choi titrée, 3e or pour la Corée du Sud
17/02/2018 À 13:36
PyeongChang
L'or pour le Canadien Girard
17/02/2018 À 13:32