Zoom

Coupe du monde : Reichelt remporte le Super-G de Beaver Creek devant Jansrud et Pinturault

Casque arraché, mur découpé, Pinturault est décidément un extraterrestre

Le 06/12/2014 à 20:06Mis à jour Le 06/12/2014 à 23:42

Après Sölden, Alexis Pinturault s'est offert un nouveau podium en se classant troisième du Super-G de Beaver Creek, samedi. La victoire est revenue à Hannes Reichelt, auteur d'un run parfait. Kjetil Jansrud, qui pouvait devenir le premier skieur à remporter les quatre épreuves de vitesse de la tournée américaine, s'est classé deuxième mais a conforté sa première place au général.

Eurosport Player: Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Alexis Pinturault n’est pas un skieur comme les autres. On commence à le savoir maintenant. Sur la Birds of Prey, la fierté de Courchevel a pris la troisième place du Super-G de Beaver Creek, le plus beau de l'hiver à coup sûr. La course a été dominée par Hannes Reichelt qui s’est imposé devant le grand favori Kjetil Jansrud. Le Norvégien a néanmoins conforté sa première place au classement général.

Dossard 25 sur le dos, "Pintu" a flirté avec l’excellence. Juste après avoir quitté la cabane de départ, le Français s’est balancé dans la pente avec envie. Aucune erreur sur ses déclenchements, très à l’intérieur et le nez sur les spatules, il a découpé le mur. Perfectible sur les portions de glisse, Pinturault a ensuite commis une faute majuscule en bas. La tête dans le piquet, au sens littéral du terme, il a violemment percuté une porte à la sortie d’un mouvement de terrain et d’un énorme travers. Résultat : casque arraché, lanière envolée et un choc violent sur une épaule. Son agressivité a tout de même été récompensée à l’arrivée avec cette troisième place, son troisième podium en Super-G après ceux de Schladming (2e) et Lenzerheide (1er).

Finalement, un seul homme a rendu une copie sans la moindre fausse note. Déjà double lauréat à Beaver, en 2005 et 2007, Hannes Reichelt a parfaitement manœuvré du début à la fin du tracé pour obtenir la passe de trois. Son dernier succès en Coupe du monde remontait à janvier 2014 à Kitzbühel. Juste après, il avait été contraint à l’opération pour une hernie discale, synonyme de forfait aux JO de Sotchi. Derrière lui, Kjetil Jansrud a terminé à 52 centièmes de l’Autrichien. Le Norvégien a commis la même faute que Pinturault dans le grand dévers final. Sans celle-ci, aurait-il gagné ? Ce n’est pas dit. La seule certitude réside dans le fait que Jansrud a raté le grand chelem. Dix ans après la tentative avortée de Bode Miller, l’ancien géantiste pouvait devenir le premier homme à remporter les quatre épreuves de vitesse de la tournée nord-américaine. Raté, mais avec 396 points récoltés en cinq sorties et une belle avance au général, Jansrud peut avoir le sourire.

0
0