La totale pour Paerson

La totale pour Paerson
Par Eurosport

Le 28/12/2005 à 15:00Mis à jour

Anja Paerson n'a pas perdu son temps mercredi à Lienz. En remportant le géant devant Nicole Hosp et Tina Maze, la Suédoise a pris la tête de la Coupe du monde de géant et, surtout, du classement général, pour la première fois de l'hiver. A un mois et demi

Eurosport Player: Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

La patronne est de retour. A l'exception du slalom, discipline dans laquelle elle s'est imposée deux fois en deux courses, Anja Paerson semblait un peu en retrait depuis le début de la saison, au regard de son passé et de son potentiel. En mal de repères dans les épreuves de vitesse, la Scandinave cherchait également la clé en géant. Troisième à Sölden, deuxième à Aspen, cinquième à Spindleruv, il lui manquait toujours un petit quelque chose pour s'imposer.

Hosp y est presque

Le second tracé du géant autrichien fut tout aussi tendu. Chez elles, les membres de la Wunderteam montraient les crocs, à l'image de Nicole Hosp. Presque aussi menaçante qu'il y a deux ans, avant sa blessure au genou, cette dernière a confirmé la montée en puissance entrevue ces dernières semaines. Quatrième à l'entame de la seconde manche, Hosp domptait Kathrin Zettel et Tina Maze pour prendre les commandes, mettant ainsi la pression sur Paerson, la dernière à pouvoir la priver de son premier succès cette saison.

Elle devance de huit petits points Janica Kostelic, qui lorgnait elle aussi sur le fauteuil, laissé libre par Michael Dorfmeister, moins à l'aise que ses deux rivales dans les disciplines techniques. Paerson-Kostelic, Anja-Janica, le duel a rythmé le précédent hiver. Même si elles écrasent moins la compétition cette saison, même si Turin focalise leur attention et leur ambition, les deux stars du circuit féminin restent les principales candidates au gros globe de cristal.

Une triste forêt

Le ski français est bien loin de ce genre de préoccupations. Sans Ingrid Jacquemod, son meilleur atout en géant, dont le genou gauche inspire une vive inquiétude, le clan tricolore n'a fait que de la figuration, et encore. Marion Bertrand, promue chef de file, n'avait pas les moyens d'entrer en seconde manche. L'arbre Jacquemod n'était pas monté bien haut dans la discipline, mais il cachait une bien triste forêt...

0
0