Getty Images

Hirscher : "Je voulais arrêter avant d’être obligé de le faire"

Hirscher : "Je voulais arrêter avant d’être obligé de le faire"

Le 04/09/2019 à 22:02Mis à jour Le 04/09/2019 à 22:16

RETRAITE - Marcel Hirscher a annoncé mercredi mettre un terme à sa carrière sportive après avoir glané huit gros Globes de cristal, douze petits et deux titres olympiques. L’Autrichien - papa depuis octobre 2018 - a avoué qu’il n’était plus prêt à faire les efforts nécessaires pour le haut niveau, ni à prendre des risques avec son intégrité physique.

"Je fais court, j’arrête !", a lancé d’entrée Marcel Hirscher, mercredi, lors d’une conférence de presse organisée chez lui, à Salzbourg, pour l’annonce de sa retraite et diffusée sur la télé publique autrichienne. L’Autrichien, qui possède le plus grand palmarès du ski alpin (huit gros Globes de cristal, douze petits, deux titres olympiques et cinq médailles d'or mondiales) s’est montré clair sur les raisons qui l’ont poussé à mettre "fin à [sa] carrière active".

" Je ne suis plus prêt à payer le prix"

Assis sur un tabouret face à un journaliste dans un décor de café industriel, ses huit Globes posés sur le comptoir, Marcel Hirscher, tee-shirt blanc (sans aucun sponsor), jean, baskets blanches, s'est voulu le plus explicite possible pour détailler les "nombreuses" raisons qui l'ont poussé à prendre cette décision. "Je ne suis plus prêt à payer le prix", a notamment expliqué le natif d'Annaberg-Lungotz, devenu papa d'un petit garçon en octobre dernier. Cela fait plusieurs années que l’Autrichien parlait de retraite. Cette fois-ci c’est la bonne, et le skieur est surtout "heureux de pouvoir encore s'asseoir sur deux genoux valides".

Vidéo - Madonna 2015 : Le jour où Hirscher a échappé au crash... d'un drone !

01:11

Si le géant autrichien dit avoir définitivement pris sa décision "il y a deux semaines", la dernière saison a été déterminante : "Au fil des années, j'ai remarqué que j'avais toujours besoin de plus de temps pour me ressourcer en été et ensuite atteindre mon niveau. Cet hiver, j’ai reçu un premier signe lorsque j’ai couru avec de la fièvre aux Championnats du monde (en février, à Are, ndlr)." Clairement un élément déclencheur dans l'esprit du double champion olympique : "Je me suis dit que j'étais à la limite, que je n'avais pas de blessures majeures et que je voulais arrêter avant d'être obligé de le faire." Avec 67 victoires en Coupe du monde au compteur, c’est mérité.

Marcel Hirscher

Marcel HirscherGetty Images

0
0