Il n'en a probablement pas encore conscience. Il n'en a même sûrement que faire. Mais Maxence Muzaton a été le héros de ce qui restera sûrement comme l'image de ce week-end de sport, et l'un des moments les plus spectaculaires de ce début d'année. Ce dimanche, lors de la descente des Mondiaux de Cortina d'Ampezzo, remportée par Vincent Kriechmayr, le Français a donné quelques sueurs froides à tous ceux qui ont assisté à son étonnante figure.
Lancé à plus de 110km/h, le Français a chuté juste avant une bosse. En l'air et franchement secoué, le Plagnard a effectué une rotation à 180° avant de retomber miraculeusement sur ses skis. Le tout avant de souffler, à l'arrêt, puis de rallier l'arrivée un peu sonné. "Quand je veux partir sur le pied gauche, j'ai le ski qui s'en va, a-t-il expliqué au micro d'Eurosport. Ça me fait faire une faute de carre et chuter."
Mondiaux
La descente après le super-G : Kriechmayr vole à Cortina d’Ampezzo
14/02/2021 À 11:49

Incroyable image : Maxence Muzaton décolle à 180° avant de retomber sur ses skis

Le skieur français a fini debout mais pas sans bobo. "J'ai tout de suite eu mal aux deux genoux, a-t-il précisé même si sa réaction, après coup, laissait déjà penser qu'il ressentait des douleurs à ce niveau. Quand tu te remets d'une chute, ça tire toujours un peu partout. J'ai mal au coude, j'ai dû faire une hyperextension. Mais là, je me dis que ça a l'air d'aller même si j'ai bien mal au genou gauche."

Le 180° en l'air quelques jours après le 360° sur les fesses

Le Tricolore va effectuer des examens médicaux afin de connaître la nature précise de ses blessures, en espérant éviter la grosse tuile, lui qui a déjà été opéré du genou gauche en avril 2018 après une rupture du ligament croisé. "Les genoux, je connais, a-t-il lâché à notre micro, quelques jours seulement après avoir effectué une autre figure - un 360° sur les fesses avant de se remettre debout comme si de rien n'était - lors de la descente de Garmisch-Partenkirchen, en Coupe du monde. J'ai l'impression qu'il n'a pas trop gonflé, même si c'est toujours à froid qu'il faut analyser…"
En attendant, Maxence Muzaton a déjà commencé à relativiser, bien conscient que cette vrille aurait pu avoir des conséquences bien plus dramatiques : "Dans mon malheur, j'ai quand même eu la chance de tourner et d'atterrir sur les skis parce que sinon ça aurait pu être bien pire."
Mondiaux
De Val d'Isère 2016 aux Mondiaux 2021 : "L'abandon n'a jamais été une option" pour Faivre
06/03/2021 À 10:04
Mondiaux
Du briefing à l'émotion de La Marseillaise : Les dessous du titre mondial de Faivre sur le géant
06/03/2021 À 09:48