Getty Images

Vonn, un sourire et des larmes

Vonn, un sourire et des larmes

Le 21/02/2018 à 08:50Mis à jour Le 21/02/2018 à 09:31

JEUX PYEONGCHANG 2018 – Troisième de la descente mercredi, Lindsey Vonn a accueilli ce résultat avec satisfaction et fatalisme. A 33 ans, elle s'apprête à dire adieu aux Jeux Olympiques, non sans regrets. D'où son émotion, renforcée par une lourde perte dans sa famille.

Un grand sourire puis des larmes. Quand elle a coupé la ligne mercredi à Pyeongchang, Lindsey Vonn a affiché un grand sourire. Elle savait pourtant à ce moment précis qu'elle ne serait pas championne olympique. Devancée par sa rivale Sofia Goggia, l'Américaine pointait alors au deuxième rang. Elle finira troisième, décrochant le bronze. Sa troisième médaille aux Jeux, la première depuis Vancouver il y a huit ans.

Même si elle rêvait d'or après avoir remporté les trois dernières descentes avant les Jeux, elle s'estime heureuse de son sort. Surtout après sa déception du Super-G. Au moins, cette fois, elle tient sa médaille, à défaut de titre. Et elle n'est pas fâchée de voir Goggia consacrée. "Je suis très contente pour Sofia, a-t-elle confié, j'ai beaucoup de respect pour elle. On est amies, elle ne se prend pas trop au sérieux. Je savais qu'elle serait la fille à battre. J'ai tout donné et je n'ai aucun regret, elle a mieux skié que moi aujourd'hui. Bien sûr, j'aurais adoré avoir l'or mais il faut savoir mettre les choses en perspective."

Lindsey Vonn

Lindsey VonnGetty Images

L'envie dit oui, le corps dit non

Battue mais souriante, la championne aux 81 victoires en Coupe du monde a ensuite affiché un visage beaucoup plus grave. Quelques minutes après la course, le sourire a laissé place aux larmes, comme si Lindsey Vonn avait réalisé que, cette fois, le bout de la route était là. Même si elle doit encore s'aligner sur le combiné jeudi, cette descente était son dernier grand rendez-vous olympique. "Je ressens beaucoup d'émotion car ce sera sans doute ma dernière descente olympique... Les JO vont me manquer bien sûr", a-t-elle avoué.

A 33 ans, celle que Sofia Goggia a qualifié mercredi de "plus grande skieuse de l'histoire" a toujours l'envie, mais physiquement, le poids des ans, des douleurs et des blessures se fait sentir. "La pression te fait suffoquer au départ, mais tu donnes tout, tu te jettes dans la montagne, bien sûr que tout ça va me manquer", dit-elle. Si ce n'était qu'une question d'envie, elle ne s'arrêterait pas. "J'adorerais continuer. Je prends tellement de plaisir, je m'amuse tellement. Mais mon corps me fait souffrir et je suis assez chanceuse de pouvoir encore skier et d'être sur le podium. Je ne crois pas que lui veuille continuer encore quatre ans", a-t-elle soufflé.

Mais si Lindsey Vonn a craqué, c'est aussi parce que ces Jeux se déroulent pour elle dans un contexte particulier. Elle a perdu récemment son grand-père, dont elle était très proche. "Je voulais gagner pour lui plus que pour moi, confie l'Américaine. Mais je pense quand même qu'il doit être fier de moi." Elle a vécu ces derniers jours en famille, parce qu'elle en avait besoin. "Mon père était là, on a eu des moments difficiles après la mort de mon grand-père, ça te fait réaliser combien la vie est courte. Partager de tels moments, c'est très important pour moi". Alors, or ou bronze, l'essentiel était ailleurs pour elle.

0
0