LES SATISFACTIONS

Julien Lizeroux
Né le 5 septembre 1979

Mondiaux - Val d'Isère
Ce qu'il faut retenir de Val d'Isère...
16/02/2009 À 13:30

Sa manche de slalom lors du Super-Combiné restera l'une des images fortes de la quinzaine. A 29 ans, le Plagnard a répondu aux attentes placées en lui, après sa victoire lors du slalom de Kitzbuehel au mois de janvier. Derrière l'intouchable Aksel Lund Svindal, Lizeroux s'est classé 2e du Super-Combiné après avoir volé entre les piquets serrés. Lors du slalom, épreuve de clôture de ces Mondiaux, "Juju" s'était idéalement placé après la première manche (4e). Son second run a failli être stoppé dès les premières portes. En raison d'une faute majuscule sur le haut. Mais le physique de Lizeroux lui a permis de rester sur le tracé. Deuxième à l'arrivée, Lizeroux a glané une seconde médaille d'argent. Il est LE Français de ces Mondiaux...

Marie Marchand-Arvier
Née le 8 avril 1985

Les Mondiaux ont débuté par sa sublime médaille d'argent. En terminant 2e du Super-G, "MMA" a lancé l'équipe de France et a joué un rôle de locomotive qui lui allait à merveille. Sa performance a décomplexé les autres skieurs tricolores et a permis à certains plus attendus qu'elle, comme Julien Lizeroux ou Jean-Baptiste Grange, de lâcher un peu de pression. Cinquième du Super-Combiné puis sixième de la descente, Marie Marchand-Arvier a réussi ses Mondiaux et a promis de belles choses pour les JO de Vancouver dans un an. Elle a également fait le plein de confiance pour la fin de la Coupe du monde.

Marion Rolland
Née le 17 octobre 1982

La skieuse des Deux-Alpes a rendu une belle copie à Val d'Isère. Ses Mondiaux ont débuté par la 16e place en Super-G puis, après avoir signé le 10e chrono de la descente du Super-Combiné, la Française de 26 ans a fini 18e de ce dernier. Elle a fini en trombe en flirtant avec le podium de la descente dames. Cinquième, Rolland s'est offert le luxe de devancer sa compatriote Marie Marchand-Arvier.

Adrien Théaux
Né le 18 septembre 1984

A seulement 24 ans, le Pyrénéen peut se vanter de s'être classé 5e d'une descente de Coupe du monde. Sur la terrible Face de Bellevarde et au meilleur des moments, Théaux a signé la plus belle course de sa jeune et prometteuse carrière. Manquant encore un peu de physique, ce qui a tendance à le pénaliser sur les parties de glisse et quand le run dépasse les deux minutes, le Français a néanmoins un bel avenir devant lui. Pur descendeur, il a un an pour progresser afin de succéder à Vancouver à son compatriote Antoine Dénériaz.

LES DECEPTIONS

Jean-Baptiste Grange
Né le 10 octobre 1984

Très attendu et annoncé comme la meilleure chance tricolore de médaille, Jean-Baptiste Grange a raté ses Mondiaux. De Val d'Isère, le skieur de Valloire est reparti bredouille. Aligné sur trois épreuves, le Français a accompli "70% du chemin", comme l'a expliqué Jean-Pierre Vidal. Lors du Super-Combiné, il termine la descente à un exceptionnel 4e rang mais gâche tout lors de la manche de slalom. Jamais sur la retenue, il sort du tracé juste après le 2e intermédiaire (-1"76) alors qu'il était largement en avance sur Julien Lizeroux, alors en tête de l'épreuve. Lors du "vrai" slalom, le scénario s'est reproduit. Troisième à l'issue de la 1re manche, Grange a commis l'irréparable lors de la seconde. Là encore, il était en avance au 2nd intermédiaire (-0"22). Toujours sur Julien Lizeroux. Sa 7e place en géant ne le consolera sûrement pas. Toujours à l'attaque (peut-on lui reprocher cela ?), ne calculant jamais, le Français ne regrette rien : "Ce n'est pas comme si j'étais passé à côté. Je préfère avoir fait la course que j'ai faite plutôt que d'avoir ''bétonné'' et de finir quatrième". Ça se tient...

Ingrid Jacquemod
Née le 23 septembre 1978

Les Mondiaux de Val d'Isère auraient dû être une fête pour la skieuse avaline. Ils n'ont été qu'un long et triste calvaire. Crispée par l'enjeu, la Tricolore de 30 ans n'est jamais rentrée dans sa compétition. "Je n'ai pas envie de tricher avec moi-même. Je sais que je ne peux pas m'aligner en géant, car il faut être à 100% dans ce genre de course dans des Championnats du monde, Je me sens très fatiguée, nerveusement et physiquement" , a expliqué Jacquemod la veille du géant, renonçant à y participer. Avant cela, elle s'était classée 19e du Super-G, puis 15e du Super-Combiné avant de terminer 20e de la descente. C'est la grosse déception du côté de l'équipe de France...

Thomas Fanara
Né le 24 avril 1981

Aligné uniquement sur le géant, le skieur de Praz-sur-Arly n'avait pas le choix. Il devait attaquer. C'est ce qu'il a fait le vendredi 13 février lors de la première manche de sa spécialité. Son engagement et son envie de bien faire lui ont été fatals. On ne pourra pas néanmoins son envie de bien-faire. Devrait rapidement rebondir lors des trois derniers géants de l'hiver en Coupe du monde.

Cyprien Richard
Né le 27 janvier 1979

Il s'était préparé pour ces Mondiaux. Il avait même reconnu y arriver en pleine forme. On le croyait sur parole mais on n'a pas pu le vérifier. La faute à une sortie éliminatoire dès la première manche du géant messieurs. "Priou" savait pourtant que la Face de Bellevarde ne pardonne rien. Trop bas sur ses trajectoires en haut du tracé, Cyprien Richard l'a appris à ses dépens.

Sandrine AubertNée le 6 octobre 1982

Sa performance lors du slalom du Super-Combiné laissait entrevoir des choses magnifiques pour le "vrai" slalom, ultime épreuve chez les dames. Troisième à l'issue de la première manche, Sandrine Aubert était idéalement placée pour jouer une médaille. Mais un ski contre-nature lors du second run l'a éjectée du tracé sur la Face de Bellevarde. Il y avait pourtant de la place pour monter sur le podium. Elle prendra sa revanche à Vancouver dans un an...

Mondiaux - Val d'Isère
Vonn brille, Miller déçoit
17/02/2009 À 18:30