Niché au bord de la paisible Vistule, le Stadion Narodowy (stade national) de Varsovie va rugir de plaisir, samedi. Non pas pour saluer les exploits de la bande de Robert Lewandowski, qui ne reviendra dans son antre habituelle que le 14 juin prochain, pour y défier la Belgique. Ni pour assister à la finale de la Coupe de Pologne, remportée par le Rakow Czestochowa face au Lech Poznan début mai (3-1). Mais bien pour suivre la deuxième étape du FIM Speedway Grand Prix 2022, qui devrait rassembler environ 55 000 spectateurs.
Vu de France, ces chiffres ont de quoi provoquer des hallucinations, la discipline restant très confidentielle dans l’Hexagone. En Pologne, cependant, le speedway - plus communément appelé żużel - occupe une place de choix dans le paysage sportif. Ces courses de motos démunies de frein, sur des pistes ovales et cendrées, passionnent les foules, qui remplissent chaque week-end des arènes enflammées et encouragent des pilotes à la notoriété indéniable. Mais comment expliquer un tel phénomène ?
Speedway
"Si on m'avait dit à 7 ans que ce serait comme ça, j'aurais accepté sans hésiter"
HIER À 09:28

Przedpelski a pris tous les risques dans le dernier virage... et a fini dans les bâches

Une ligue mondialement réputée

Les premières courses de motos de ce genre organisées en Pologne ont lieu au début des années 1930. La pratique connaît surtout un réel essor au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Il faut dire qu’à l’époque, les deux-roues sont bien moins rares que les voitures. Les Polonais lancent une ligue locale en 1948, puis s’incrustent aux championnats du monde, où ils se frottent essentiellement aux Britanniques et Scandinaves.
La fin de la Guerre froide et la chute du rideau de fer marquent un autre tournant : désormais, les pilotes étrangers peuvent rejoindre la ligue polonaise, qui gagne considérablement en attractivité. Encore aujourd’hui, cette Speedway Ekstraliga rassemble les meilleurs pilotes de la planète et sert de vitrine à la discipline, très structurée (plusieurs divisions, compétitions individuelles, en duo ou par équipes, Casques d’argent et de bronze pour récompenser les jeunes talents, etc.).

Mais comment Woffinden a-t-il pu se sortir de ce crash impressionnant ?

Zmarzlik préféré à Lewandowski

Les courses d’Ekstraliga se déroulent souvent devant des milliers, voire des dizaines de milliers de spectateurs. Les affluences moyennes ont d’ailleurs de quoi faire pâlir d’envie certaines formations d’Ekstraklasa, le championnat de football local, dont les enceintes sont loin de tout le temps faire le plein. Les clubs de speedway bénéficient en outre d’aides conséquentes de la part des conseils municipaux, susceptibles de mettre sur pied des arènes modernes et dédiées à la course. C’est d’autant plus vrai chez les villes de moyenne ou de petite taille, qui voient dans cette pratique la possibilité d’être mis en valeur à l’échelle nationale.

Bartosz Zmarzlik (au centre) a remporté la première étape du FIM Speedway Grand Prix 2022, samedi 30 avril en Croatie.

Crédit: Getty Images

Enfin, les amateurs de speedway ont aussi des idoles à célébrer, de Tomasz Gollob (champion du monde en 2010) hier à Bartosz Zmarzlik (sacré au niveau planétaire en 2019 et 2020) aujourd’hui. Preuve de son immense popularité, ce dernier a été élu Sportif polonais de l’année en 2019, devant un certain Robert Lewandowski. Vainqueur de l’étape inaugurale de la saison 2022 à Gorican, il y a deux semaines, le natif de Szczecin tentera de récidiver dès ce week-end. Il n’en faudra pas plus pour faire vibrer le très nombreux public varsovien.
Speedway GP
Des chutes impressionnantes et un vainqueur qui a tout écrasé : Varsovie a ravi les fans de speedway
16/05/2022 À 07:38
Speedway GP
Intouchable Fricke : le résumé de sa victoire en finale
14/05/2022 À 23:58