AFP

Rafael Nadal a perdu, et alors ? Il va "boire quelques téquilas pour fêter son niveau de jeu"

Nadal a perdu, et alors ? Il va "boire quelques téquilas" pour fêter son niveau de jeu

Le 05/03/2017 à 14:51Mis à jour Le 05/03/2017 à 16:12

ATP ACAPULCO - Nadal a perdu sa deuxième finale de l'année, samedi à Acapulco face à Sam Querrey, un mois après son revers à l'Open d'Australie. Mais il ne retient qu'une chose : son niveau de jeu qui devrait lui permettre de réaliser une grande saison sur terre battue, sa surface de prédilection.

L'occasion était belle. Parfaite presque. Face au 40e joueur mondial, Rafael Nadal tenait une opportunité de récompenser son joli début de saison et de renouer avec la victoire sur dur. Las. Le 70e titre de l'Espagnol attendra. Son premier sur la surface depuis plus de trois ans aussi. Il est tombé en finale à Acapulco sur un Sam Querrey remarquable en fond de court et intraitable au service. Suffisant pour le priver de la victoire finale. Un revers, un mois après s'être incliné en finale de l'Open d'Australie, qui aurait pu agacer le Majorquin. Mais l'Espagnol a surtout hâte de voir la suite.

Comme à l'Open d'Australie en 2017 et en 2014, à Doha en 2016, à Bâle en 2015 ou encore à Pékin en 2015, il a échoué au moment de gravir la dernière marche. Depuis Doha en 2014, il n'a plus été titré sur une surface dure. Jusque-là, il s'était heurté à Novak Djokovic (5 fois), Roger Federer (2) et Stan Wawrinka (1) en finale. Pas vraiment de contre-performance donc…

Samedi, Sam Querrey était largement à sa portée. Mais il a joué le feu : "Querrey était meilleur, c'est comme ça, a expliqué Nadal en conférence de presse. (…) Aujourd'hui, il jouait à un très, très haut niveau, il a frôlé la perfection. Il m'a mis sous pression tout le temps avec son service et ses coups surpuissants, il était fantastique et très agressif. Il m'a laissé peu d'options. Je veux le féliciter."

" Je suis tout proche de mon meilleur niveau"

L'autre joueur que Nadal tenait à féliciter c'était… lui-même. "Je suis content de mon jeu, content de ce que je fais à l'entraînement. Je suis si satisfait que je vais maintenant boire quelques tequilas pour fêter tout ça." Un sportif qui boit à sa propre défaite ? Nadal a choisi de voir le verre à moitié plein de sa semaine mexicaine et de son début de saison. Il a joué trois tournois et perdu deux finales dont celle de l'Open d'Australie mais : "Il y a quelques mois, si vous m'aviez mis sur papier ces résultats-là, j'aurai signé et même payé pour ça." Bien sûr, il aurait "aimé gagner les deux finales ou même les trois tournois."

Mais ce que le nonuple vainqueur de Roland-Garros retient vraiment, c'est qu'il y a longtemps qu'il n'avait pas aussi bien joué. "Je suis tout proche d'être à mon meilleur niveau. Il faut que je continue à jouer comme ça parce que si je garde ce niveau, je vais gagner des tournois", a-t-il assuré.

Avec Indian Wells - Miami, il ne va pas forcément trouver un terrain favorable. Mais la terre battue arrive juste après l'enchaînement américain et il l'attend avec impatience. Il l'annonçait dès l'Australie, s'il parvenait à être régulier, "ce serait spécial" sur terre battue. Pour valider ses sensations, l'ocre sera le terrain de jeu idéal.

Rafael Nadal - Acapulco 2017

Rafael Nadal - Acapulco 2017AFP

0
0