Il est allé au bout de sa mission. Dix ans après son deuxième et dernier titre à Belgrade, Novak Djokovic a été à nouveau couronné dans sa ville natale et devant un public serbe acquis à sa cause et ravi. Très ému, le numéro 1 mondial n'a pas joué son meilleur tennis samedi, mais a su trouver patiemment la clé en finale face au surprenant et accrocheur Slovaque Alex Molcan, 255e joueur mondial et issu des qualifications, pour s'imposer en deux manches (6-4, 6-3) et 1h28 de jeu. Il s'offre ainsi le 83e trophée de sa carrière sur le circuit, avant de s'envoler pour Paris où il compte bien enchaîner à Roland-Garros.
Il n'avait sans doute pas besoin de cette victoire pour se rassurer. A Rome, Novak Djokovic avait déjà conquis la confiance qui lui manquait. Mais il voulait absolument s'imposer devant sa famille et ses amis, quelques semaines après avoir échoué en demi-finale au même endroit contre Aslan Karatsev. Il était le grand favori et a tenu son rang, malgré une certaine nervosité liée à l'envie de ne pas décevoir des spectateurs qui n'avaient d'yeux que pour lui et rêvaient de le voir gagner.
US Open
Djokovic - Medvedev : Entre le roi et la légende, il n'y a plus qu'un ambitieux dauphin
12/09/2021 À 15:22

D'abord à réaction, Djokovic a vaincu sa nervosité

Mais si Djokovic n'a pas été aussi dominateur qu'il l'aurait voulu, c'est aussi et surtout à cause du niveau bluffant d'Alex Molcan. Le gaucher slovaque, issu des qualifications, avait déjà surpris son monde la veille en dominant l'Argentin Federico Delbonis, et il a joué cette finale totalement libéré. Pas impressionné par l'aura du monstre qui lui faisait face, il a même compté deux fois un break d'avance dans le premier set et a pris quatre fois en tout le service du numéro 1 mondial au cours de cette partie.
Grâce à sa belle couverture de terrain, ses amorties souvent surprenantes, Molcan a donné du fil à retordre à un Djokovic mal entré dans son match surtout au service (44 % de premières balles seulement dans le 1er set). Mais le Serbe n'a jamais vraiment semblé en danger : d'abord à réaction avec deux débreaks immédiats, il a pris progressivement la mesure de son adversaire en utilisant les angles courts croisés.
Plus régulier sur son engagement dans le second acte malgré une nouvelle saute de concentration qui lui a valu le débreak à 6-4, 4-2, il a su mettre un ultime coup de reins pour conclure l'affaire. Histoire de s'offrir un grand bonheur devant les siens et de recharger les batteries émotionnellement avant de s'attaquer à son prochain grand défi : reconquérir la Coupe des Mousquetaires cinq ans après son unique sacre parisien.
US Open
Le parcours de Djokovic : Souvent touché, jamais coulé, "Nole" est en mission à NY
12/09/2021 À 00:13
US Open
Une 31e finale en Grand Chelem : Djokovic rejoint Federer et a déjà un record en poche
11/09/2021 À 12:02