Richard Gasquet a battu Jo-Wilfried Tsonga "à la régulière". Nous détournons ici quelque peu l'expression pour voir dans la rencontre qui a opposé les deux Français un duel de style plutôt qu'un combat fratricide où tous les coups sont permis. Tsonga restait sur deux victoires et une demi-finale lors des huit derniers tournois, Gasquet atteint sa troisième demi-finale sur les six derniers tournois. Il complète un carré qui n'attendait que lui avec son prochain adversaire : Radek Stepanek, un autre Français, Paul-Henri Mathieu et Fernando Verdasco.

Entre l'actuel N.1 français et le 23e joueur mondial, il y a un grand écart de confiance. Cela s'est vu au premier set où "JWT" n'a pas touché terre. Incisif, explosif, brutal au moment de frapper ses volées, il a dévoré toutes les balles "grattées" par Gasquet. Si ce dernier manque de peu le break lors du premier jeu, il se trouve vite débordé. Pris de vitesse, ses montées échouent au filet comme des oeufs en neige restés trop longtemps au soleil. Tsonga enfourne les passings, breake deux fois à 2-0 et 5-2 et multiplie les jeux comme les petits pains. On se souvient alors des mots de Marc Gicquel en début de semaine à propos du jeu de Gasquet : "Il gratte plus mais cela avance moins, je ne sais pas si cela suffira contre un top 15".

Les Français(es)
L'âge d'or du tennis français?
08/01/2009 À 20:00

Gasquet gratte, Tsonga est grignoté

Face à Tsonga, cela a été suffisant. Après avoir tourné autour de la balle au premier set, "Richie" monte en température et lâche un peu son bras. Les échanges sont plus accrochés. Il faut cependant attendre le huitième jeu pour voir un réel changement dans le match. A 4-3 pour Gasquet, Tsonga relâche un peu la pression sur son adversaire sans conséquence. A 5-4, il cède à la pression et commet une double faute sur la première balle de break du set. La dernière manche est épicée. Elle a confirmé que Tsonga n'avait pas assez de jus pour envoyer des pains aux quatre coins du court, et que Gasquet n'a besoin qu'un peu de confiance pour retrouver ses sensations.

Fort d'une égalisation à un set partout tombée comme un couperet, Gasquet a conservé un très bon rythme au service. Il n'a frappé que 3 aces, contre 8 pour Tsonga, mais il a remporté plus de points que son adversaire derrière ses deux services. Son kick en seconde balle a notamment gêné Tsonga sur son revers. Privé de tonus, Tsonga a ensuite subi l'échange. Gasquet bien calé sur son revers, variant bien ses effets et déterminé dans ses montées a récolté les fautes commises en face. A l'image de ce qu'il a produit cette semaine, Richard a rarement produit son meilleur tennis ce vendredi. Il a lâché ses coups au second set avant de reprendre une gestion plus souple de la rencontre. Sa victoire est la troisième sur Tsonga, la première sur un top 10 depuis son succès sur David Ferrer au Canada :"C'est important pour moi de battre quelqu'un comme Jo, capable de battre tout le monde sur le circuit" a-t-il résumé.

FACE-A-FACE : 3/2 pour Gasquet
2008 Open d'Australie : Tsonga 6-2 6-7(5) 7-6(6) 6-3.
2007 ATP MS Bercy : Gasquet 7-5 7-6(3).
2007 ATP Lyon : Tsonga 6-4 6-4.
2007 Wimbledon : Gasquet 6-4 6-3 6-4.

ATP Brisbane
Tsonga retrouvera Gasquet
07/01/2009 À 10:30
ATP Brisbane
Tomic invité
30/12/2009 À 15:36