Alors que le tennis masculin américain retrouve doucement des couleurs cette année, il tient peut-être en Ben Shelton un de ses plus prometteurs espoirs. A 19 ans, il est en train de se faire doucement un nom sur le circuit, le tout en une poignée de semaines. Sacré champion universitaire au mois de mai dernier, Shelton s'est lancé depuis sur le circuit. Depuis, tout va très vite pour lui, jusqu'à ce premier succès dans un Masters 1000, mardi, contre l'Italien Lorenzo Sonego, 56e mondial (7-6, 3-6, 7-5). Un succès confirmé dans la foulée face à un certain Casper Ruud (6-3, 6-3), 5e joueur mondial et finaliste du dernier Roland-Garros. Bref, un été en forme de conte de fées pour le jeune Shelton.
Le nom de son père, qui est également son entraîneur, n'est sans doute pas totalement étranger à ceux qui suivaient déjà le tennis dans les années 90. Bryan Shelton a écumé le circuit ATP pendant une petite dizaine d'années. Bon joueur de gazon, il avait atteint les huitièmes de finale à Wimbledon et remporté sur herbe les deux titres figurant à son palmarès, coup sur coup, à Newport, en 1991 et 1992. Mais la palette du fiston apparaît bien plus prometteuse. Le jeu de ce gaucher au revers à deux mains a des faux airs d'Andy Murray, sans la variété de coups à ce stade, évidemment. Mais il y a de l'idée.
ATP Tokyo
Kyrgios tient son rang, Ruud prend déjà la porte
04/10/2022 À 07:53
Jusqu'à ce printemps 2022, Ben Shelton s'est donc consacré à la quête du titre NCAA. Une fois celui-ci décroché sous les couleurs de Florida, il s'est lancé pour de bon dans les challengers, où il n'avait jusqu'ici effectué qu'une petite apparition, l'an dernier. Le "Gator" n'a pas perdu de temps : une demi-finale à Little Rock, une autre à Indianapolis et deux finales à Rome (en Géorgie) et, le week-end dernier, à Chicago.

Dans les 200 lundi prochain ?

Dans le même temps, l'Américain a aussi sauté le pas chez les "grands". Avec succès, là aussi. Bénéficiaire d'une wild-card à Atlanta fin juillet, il y a décroché sa première victoire sur le circuit principal. A nouveau invité cette semaine à Cincinnati, il a frappé beaucoup plus fort : première victoire en Masters 1000, et grande première face à un membre du Top 100, contre Sonego.
Mercredi, il a fait encore mieux en s'offrant son premier top 5 mondial, le Norvégien Casper Ruud qui sortait d'une demi-finale à Montréal. Quoi qu'il arrive, dans une semaine, il figurera autour de la 200e place mondiale. Pas mal pour un joueur qui n'était pas classé à l'été 2021 et pointait encore au 550e rang au mois de mai.
"C'est dingue, je n'avais pas vraiment réalisé tout ça mais c'est cool de savoir que je vais entrer dans les 200 premiers mondiaux, c'est une marque importante pour moi et ça me prouve que je suis dans la bonne direction", s'est-il réjoui mardi. De quoi (largement) justifier la wild-card offerte par le patron du tournoi de Cincinnati, Eric Butorac : "Je lui en suis vraiment reconnaissant. Pouvoir jouer dans un Masters 1000, c'est une expérience incroyable pour moi. L'ambiance est géniale, le public me soutient et j'ai pris beaucoup de plaisir aujourd'hui (mardi)."
Le plus intéressant dans tout cela, au-delà de sa progression au classement, tient au fait que Ben Shelton paraît à sa place dans ce contexte. "Déjà, à Little Rock, j'avais senti que je pouvais rivaliser avec des gars qui étaient 150e à l'ATP. C'est là que j'ai commencé à prendre confiance en mes capacités", explique-t-il sur le site de l'ATP Tour. Ce qui était vrai sur ses premiers challengers semble se confirmer à l'étape supérieure. Le grand révélateur, pour lui, fut sans doute son match contre John Isner, à Atlanta, voilà trois semaines. Battu au tie-break du dernier set, le natif... d'Atlanta a acquis ce jour-là quelques certitudes en dépit d'un dénouement frustrant.

Rendez-vous à Flushing

"Il a un talent incroyable", avait alors souligné Isner, qui ne découvrait toutefois pas son jeune compatriote ce jour-là : "Je l'avais déjà vu jouer il y a un an et demi en universitaire et j'avais vu à quel point il est athlétique et doué. Je serai son premier supporter dans le futur. Honnêtement, j'espère que je n'aurai plus jamais à l'affronter parce que, très rapidement, je vois mal comment je pourrais le battre à nouveau."

Atlanta : Isner survit au jeune Shelton

Bien sûr, tout est encore "tout nouveau, tout beau" pour Ben Shelton qui, comme tout jeune joueur qui perce sur le circuit, va devoir gérer les attentes, une forme de pression et l'enchaînement des matches et des tournois. Il doit d'abord s'installer sur la durée mais, c'est vrai, son potentiel saute aux yeux. Grand (1,93m) mais mobile, il a le prototype du joueur moderne et il possède une vraie belle main de tennis.
Sa découverte du très haut niveau n'est pas finie : dans deux semaines, le troisième tournoi de sa carrière sera un Grand Chelem. Son titre universitaire lui a permis de décrocher une invitation dans le grand tableau à l'US Open. Tout va très vite pour lui, on vous dit. A Flushing, gardez un œil sur lui. Cela pourrait valoir le coup.

Ben Shelton.

Crédit: Getty Images

ATP Séoul
Sorti dès les quarts, Ruud va céder sa place de dauphin à Nadal
30/09/2022 À 11:09
Laver Cup
Ruud offre le premier point à l'Europe
23/09/2022 À 14:11