Getty Images

Gaël Monfils triomphe à Doha après sa victoire contre Andrey Rublev (6-2, 6-3)

Le titre en une heure et Monfils ponctue sa semaine parfaite

Le 06/01/2018 à 17:14Mis à jour Le 06/01/2018 à 19:35

Après Gilles Simon, Gaël Monfils remporte son premier tournoi de la saison en l'emportant à Doha après sa victoire sans contestation en finale contre Andrey Rublev (6-2, 6-3), réglé en tout juste une heure de jeu. La préparation quasi idéale pour l'Open d'Australie pour le 46e joueur mondial.

C'est le jour des Français sur le circuit ATP. Quelques heures après le sacre de Gilles Simon à Pune, Gaël Monfils a apporté sa pierre à l'édifice en s'adjugeant l'ATP 250 de Doha au détriment d'Andrey Rublev, samedi au Qatar. Facile vainqueur en deux manches du Russe (6-2, 6-3), après une heure pile de jeu, Monfils a idéalement lancé sa saison 2018 après une absence de quatre mois. Bénéficiaire d'une wild-card, le Tricolore a trouvé la bonne formule pour faire fructifier cette invitation.

Le sacre de Monfils à Doha est une petite surprise en soi car le Francilien, touché au genou en septembre dernier, n'avait pas vraiment de certitudes au moment d'attaquer cet exercice 2018. Le voir soulever le trophée lors de ce premier rendez-vous de l'année n'a par contre rien d'une révolution.

Toujours à l'aise sur le central qatari au fil des années, Monfils a enfin touché au but après trois échecs en finale (2006, 2012 et 2014). C'est le 7e sacre de sa carrière. A 31 ans, c'est peut-être le plus important après ses moments de doutes.

Vidéo - Plus mature que Rublev, Monfils a signé un succès plein de sagesse

03:51

Un Monfils solide

On ne retiendra pas grand-chose de cette finale d'un point de vue tennis. La faute à Andrey Rublev. Surpuissant, le Russe a une nouvelle fois prouvé qu'il avait un jeu dévastateur dans la raquette. Mais il lui a encore manqué la structure et la régularité pour pouvoir faire mouche lors d'une finale de cette importance.

Trop généreux, trop pressé, le protégé de Fernando Vicente a arrosé le central de ses coups surpuissants et a été loin de faire mouche à chaque fois. Avec 29 fautes directes, le Moscovite a fait cadeau de cette finale très rythmée à Monfils.

Très bon au service, très fort derrière sa première balle (79% de coups gagnés derrière), Monfils a sorti une prestation très solide pour s'offrir cette finale. Quelque fois dépassé par le rythme assez fou de Rublev dans les longs échanges, le 46e mondial s'est montré tacticien quand il l'a fallu. On appelle ça avoir de la bouteille.

Vidéo - Monfils : "Je croise les doigts pour rester en bonne santé"

00:56
0
0