Plus grand-chose ne devrait encore étonner son monde avec Roger Federer. Pourtant, le Suisse parvient encore à effectuer quelques miracles. A bientôt 40 ans, sans avoir joué en compétition depuis 14 mois, en panne de repères, le Maestro de Bâle a réussi un retour convaincant lors du tournoi de Doha. Le Bâlois, bien en jambes et offensif, est venu à bout d’un très coriace Daniel Evans, en trois manches (7-6, 3-6, 7-5) et près de 2h30 de jeu. Il fera face au Géorgien Basilashvili en quarts de finale.
Jusqu’au 21 mars, l’abonnement à l’application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre la saison de tennis en LIVE et sans PUB.
Tennis
"Federer était peut-être 40 fois pire que moi" : Rune assume son côté volcanique
19/06/2022 À 09:31
C’est peu dire que le monde du tennis avait les yeux rivés sur Doha ce mercredi. Le tournoi qatari catégorie ATP 250 était en effet le théâtre du grand retour de Roger Federer, superstar parmi les superstars de son sport. Plus d’un an après son dernier match sur le circuit (une demi-finale perdue face à Novak Djokovic à l’Open d’Australie 2020), le Suisse foulait à nouveau les courts d’une compétition professionnelle. 14 mois… Une petite éternité, tant le monde a changé, la pandémie de Covid balayant toutes les certitudes.

Evans, très coriace

Mais lui, Federer, n’a pas vraiment l’intention de changer. Ou si peu. Très décontracté, parfois hilare devant ses propres scories, le Bâlois a entamé son match à toute vitesse, enchaînant les services gagnants, les coups droits aériens et quelques montées en chip. Un début d’autant plus méritant que son adversaire n’était clairement pas venu pour servir de punching ball.
Avec aucune balle de break à se mettre sous la dent, le premier set s’est logiquement joué au tie break. Un peu plus entreprenant, Federer a sorti quelques merveilles de sa raquette pour empocher la mise. Mais c’est bien Dan Evans qui a fini par profiter des fautes du Suisse pour réussir le premier break de la rencontre, et remporter aux forceps la seconde manche. Très coriace toute la partie, le Britannique, 28e mondial, s’est appliqué à bien défendre afin de faire (dé)jouer le Suisse et le pousser au coup de trop.
La manche décisive a tardé à choisir son vainqueur. Les jeux passant, Federer a cependant mis de plus en plus de pression, alors qu'Evans refusait de lâcher. A 5-4, 0-30, le Britannique a réussi un joli passing pour calmer la tempête. Sur la première balle de match, il est aussi venu au filet pour écarter le danger. Mais Federer n’a pas lâché le morceau. Deux jeux plus tard, le Suisse a profité de quelques ratés adverses pour bénéficier de deux nouvelles balles de match. Et sur un revers gagnant, il s’est offert une victoire mémorable.
Certes, ce n’était "que" le 2e tour d’un tournoi 250. Mais le Suisse a répondu aux interrogations sur sa capacité à jouer encore au très haut niveau. Avec 13 aces et 79% de points remportés derrière sa première balle, il a aussi confirmé que son service était toujours une arme redoutable. Et si, comme il l’a affirmé, il n’est pas au Qatar pour garnir son armoire à trophée mais plus pour se jauger, cette victoire devrait tout de même lui donner un supplément de confiance. Un examen de retour réussi… à confirmer dès le prochain tour face à Nikoloz Basilashvili
Tennis
Le Big 3 éjecté des deux premières places : du jamais-vu depuis novembre 2003
12/06/2022 À 22:14
Tennis
"Les 3-4 prochains mois seront extrêmement importants" : Federer en dit plus sur son avenir
11/06/2022 À 18:21