AFP

ATP 500 Dubaï : Federer élimine Djokovic (3-6, 6-3, 6-2) et affrontera Berdych en finale

Federer se sent comme à la maison

Le 28/02/2014 à 18:01Mis à jour Le 01/03/2014 à 09:03

Samedi, Roger Federer jouera sa huitième finale à Dubaï. Le Suisse, qui avait perdu la première manche, s’est offert le scalp de Novak Djokovic (3-6, 6-3, 6-2), le tenant du titre. Federer affrontera le Tchèque Tomas Berdych, tombeur de l’Allemand Philipp Kohlschreiber (7-5, 7-5). Pour décrocher son premier titre depuis juin 2013.

Et Roger redevint Federer. Jeudi, le Suisse a réussi là où il avait toujours échoué face à Novak Djokovic : battre le Serbe après avoir perdu la première manche. Pour y parvenir, Federer a produit une performance de très haute volée. Elle lui a permis de s’imposer finalement en trois sets (3-6, 6-3, 6-2). Très solide en fond de court et appliqué dans son jeu vers l’avant (78% de points gagnés au filet), le numéro 8 mondial jouera sa deuxième finale de la saison après Brisbane. La huitième à Dubaï. Samedi, il affrontera le Tchèque Tomas Berdych, vainqueur de Philipp Kolschreiber (7-5, 7-5), pour tenter de gagner son premier titre sur le circuit depuis juin 2013 : c’était à Halle.

A l’Open d’Australie, on avait déjà eu un aperçu de retour en forme de Roger Federer, malgré la claque reçue en demi-finale contre Rafaël Nadal. Cette fois, le Suisse a laissé une impression encore plus positive qu’à Melbourne, où il avait dominé aisément Andy Murray en quatre sets. Car, ce vendredi, c’est de Novak Djokovic dont est venu à bout Federer. Le numéro deux mondial, face auquel il n’était plus sorti vainqueur depuis le Masters 1000 de Cincinnati en 2012 ! Pourtant, le Suisse était très mal parti dans ce match, concédant son service d’entrée. Face à un Serbe très solide sur sa mise en jeu, Federer n’a jamais trouvé la solution au cours du premier set, laissant le gain de la manche à Djokovic (3-6).

La pluie a tout changé

Grâce à une meilleure efficacité du Suisse derrière sa première balle (93% contre 67% lors du premier set), l’entame de la deuxième manche a été bien plus équilibrée. Du moins jusqu’à 3-2 pour l’Helvète, moment choisi par la pluie pour faire son apparition. Impossible de dire si l’interruption de cinq minutes a perturbé Novak Djokovic, mais elle a clairement permis à Federer de changer son jeu. Trop sur le reculoir lors de la première manche, le Suisse a pris le parti de plus attaquer la balle, de rester dans le court, quitte à devoir jouer de nombreux coups en demi-volée. Breaké instantanément à la reprise du jeu, le Serbe n’est, dès lors, plus parvenu à inquiéter Federer, dont le niveau de jeu s’est fortement élevé. Comme attendu, la rencontre a pris à partir de là des allures de sommet. Voulant sans cesse rentrer dans le terrain et faire mal à Djokovic, le Suisse a multiplié les points sur ses premières balles (76% au total), résistant dans la diagonale du retour contre le Serbe.

La deuxième manche enlevée (6-3), le cavalier seul de Federer s’est poursuivi dans le troisième set où l’on a semblé retrouver le Suisse dans ses plus grandes heures. Plus costaud en coup droit, plus appliqué en revers, montant idéalement à la volée, "Le Maestro" se détache sensiblement en breakant deux fois Novak Djokovic pour mener rapidement 5-1. Malgré deux balles de debreak pour le Serbe dans le dernier jeu, Roger Federer se qualifie avec brio pour sa deuxième finale de l’année. Après Hewitt à Brisbane, c’est Tomas Berdych qui lui fera face ce samedi pour une finale qui promet.

0
0