Un pas après l'autre. Voici le plus synthétiquement possible ce que pourrait être la nouvelle devise de Dominic Thiem. A 28 ans, l'ex-numéro 3 mondial et vainqueur de l'US Open 2020, aborde ainsi sa seconde partie de carrière. Il sort ainsi d'une période inédite pour lui : quasiment dix mois sans jouer à cause d'une blessure persistante au poignet droit. Et même après avoir retrouvé les courts en Challenger à Marbella voici un mois, le Covid-19 s'en est mêlé. Tant et si bien qu'en acceptant une invitation à Estoril, il parvient pour la première fois à enchaîner deux semaines de compétition.
Enfin deux semaines de compétition, c'est enjoliver un peu le tableau. Plutôt deux matches à une semaine d'intervalle. Car depuis qu'il a repris la raquette, l'Autrichien n'a connu que la défaite. Mais à Belgrade la semaine dernière pour son retour officiel sur le circuit ATP, il s'est montré bien plus compétitif qu'en Challenger. Son vainqueur en trois sets (6-3, 3-6, 6-4), l'Australien John Millman n'a d'ailleurs pas manqué de le lui faire remarquer lors de leur poignée de mains au filet : "Quand tu seras à 100 %, je vais en baver", lui a-t-il ainsi glissé à l'oreille.
ATP Santa Ponsa
Tsitsipas arrête Bonzi et jouera sa première finale sur gazon
24/06/2022 À 15:00

Etat de forme rassurant mais défaite pour son retour : le résumé de la défaite de Thiem

Je me sens beaucoup mieux qu'à Belgrade mais pas capable de gagner ce tournoi
Plutôt intéressant en revers sur la terre battue serbe, Thiem a su installer un combat la semaine dernière malgré une fragilité évidente côté coup droit. Il espère donc continuer à progresser au Portugal. "Je me sens déjà beaucoup mieux qu'à Belgrade. Je m'améliore chaque jour. J'ai encore des problèmes quand je joue des points d'entraînement. Je ne parle pas du poignet - il va bien -, mais dans tous mes déplacements, le temps de réaction, l'anticipation, je ne me sens toujours pas à 100 %. Ça prendra encore beaucoup de matches avant que je sois de retour au top. Donc je ne me sens pas capable de gagner ce tournoi", a-t-il prévenu en conférence de presse avant la compétition.
Et d'ajouter : "Chaque match est super important pour moi en ce moment. Je vais faire de mon mieux, me battre du premier au dernier point, même quand je ne joue pas mon meilleur tennis. Et c'est tout. Je n'ai pas de grandes attentes cette semaine, ni les suivantes. Mais, je vais évidemment tout essayer pour gagner et je verrai ce qu'il en ressort." Son premier défi, et non des moindres, sera donc de retrouver la voie du succès sur un court de tennis. Il n'a ainsi plus connu la victoire depuis un 2e tour remporté à Rome face à Marton Fucsovics (3-6, 7-6, 6-0) en mai 2021, il y a presque un an.
Pour y parvenir, il devra se défaire de Benjamin Bonzi, 58e joueur mondial, qui a franchi de son côté plusieurs caps ces derniers mois. A tel point qu'il fait figure de favori pour ainsi dire puisque Thiem, très loin de son meilleur niveau, n'est plus que 93e à l'ATP. Vainqueur de dix de ses dix-sept titres sur terre battue, il aurait été vraisemblablement intouchable pour le Français sur cette surface en 2018, 2019 voire 2020, mais celui que l'on surnommait alors "Dominator" n'est (pour le moment du moins) qu'un lointain souvenir.

Une sortie probable du Top 100 avant des jours meilleurs

Il devrait d'ailleurs disparaître du Top 100 prochainement. Dans quelques jours à Madrid, Thiem aura ainsi les 360 points de sa demi-finale de l'an dernier à défendre. Une mission impossible à l'heure actuelle. "J'ai bien sûr besoin de matches, mais aussi de sessions d'entraînement contre les meilleurs, et je ne peux en bénéficier qu'en tournoi. C'est aussi important pour se réhabituer au rythme du très haut niveau."
Difficile de se fixer des résultats à atteindre. Ils ne seront que la conséquence de sensations retrouvées liées à la répétition des efforts et à l'habitude retrouvée de la compétition. "L'objectif à court terme est d'arriver dans un état de forme décent à Roland-Garros. Je ne ferai pas partie des favoris là-bas assurément, mais je peux peut-être gagner quelques matches et si j'affronte un des meilleurs, lui donner du fil à retordre. Pour accomplir de grandes choses, je pense que je vais devoir patienter jusqu'à la seconde partie de saison", a-t-il enfin lâché, rassurant sur ses ambitions à long terme.
Débarrassé de la douleur, Thiem n'a donc qu'une obsession : monter en puissance, sans toutefois brûler les étapes. Et avant de retrouver une exigence totale sur l'exécution technique de chaque coup, il lui faudra compter sur son "fighting spirit" pour rebâtir peu à peu un socle de confiance. Frustré par ces nombreux mois sans jouer, il a vraisemblablement retrouvé un élément qui s'était érodé en 2021 avant même sa blessure : sa fraîcheur mentale. S'il est prêt à se battre, il en est persuadé : la patience et le travail paieront. N'était-ce pas, après tout, le secret de sa première partie de carrière à succès ?
ATP Santa Ponsa
Bonzi torpille Shapovalov et fonce en quart
22/06/2022 À 15:25
ATP Stuttgart
Bonzi forfait, c'est fini pour les Bleus en Allemagne
10/06/2022 À 09:18