Il n’y a pas le feu au lac. C’est en substance ce qu’a rappelé Roger Federer, mardi après sa sortie de route pour sa reprise sur terre battue à Genève. Battu en trois sets (6-4, 4-6, 6-4) par un solide Pablo Andujar, le Suisse n’est pas du genre à paniquer, du haut de ses 39 ans dont plus de vingt à bourlinguer sur le circuit. Mais cela ne signifie pas, pour autant, que l’intéressé s’est satisfait de ce qu’il a produit sur le court, en tout cas sur toute la durée du match.
Il n’est jamais facile de renouer avec la compétition, après un bloc de préparation de deux mois et demi. Mais à Doha, il avait su l’emporter sur le fil pour son grand come-back contre Daniel Evans. Cette fois, il a laissé le match lui échapper. "J'attendais vraiment mieux de moi, notamment par rapport aux entraînements que j'avais livrés dernièrement, même ceux que j'avais livrés ici. J'ai eu un set et demi bon, pas plus. J'ai eu trop de hauts, trop de bas. Il faut accepter cette défaite, mais c'est dommage, car Genève me tient à cœur. Je suis déçu pour les organisateurs qui étaient vraiment heureux de me voir ici", a-t-il indiqué.
ATP Genève
Ruud vient à bout de Shapovalov et remporte le titre à Genève
22/05/2021 À 15:56

Di Pasquale sur Federer et la terre battue: "Chaque tour va lui demander beaucoup d'efforts"

Vous vous sentez de mieux en mieux, et c’est à ce moment-là que le niveau baisse et que tout est fini 10 minutes plus tard. On sait que le tennis peut être brutal
Car Federer n’est pas né de la dernière pluie : il savait bien que son retour à Genève créait l’événement dans son pays. Voir la tête de série numéro 1 quitter la scène après un match est aussi frustrant pour lui que pour les rares spectateurs autorisés cette semaine. La curiosité médiatique autour de l’épreuve devrait d’ailleurs nettement baisser lors des prochains jours. Et le Bâlois s’en veut d’autant plus qu’il avait réussi à prendre le contrôle d’un match qu’il avait mal débuté.
"C’est bon d’être de retour. Le positif, c’est que je peux rejouer au tennis. Mais quand vous perdez un match comme ça, ce n’est jamais un bon sentiment. A 4-2 dans le troisième, vous pensez : ‘Oh c’est sympa d’avoir été capable de faire tourner le match.’ Vous vous sentez de mieux en mieux, et c’est à ce moment-là que le niveau baisse et que tout est fini 10 minutes plus tard. On sait que le tennis peut être brutal parfois, mais je pense que je ne méritais pas de passer en fin de compte : il ne s’est pas passé assez de choses dans mon jeu pour que ce soit le cas", a-t-il estimé, sévère.

Trois sets pour une défaite : Le résumé du retour de Federer sur terre battue

Des hauts et encore trop de bas, mais du temps avant Wimbledon

Ce constat amer peut aussi être interprété comme le retour d’une exigence propre à alimenter ses ambitions futures. A l’entraînement, Federer a retrouvé des sensations qui ont solidifié sa conviction qu’il pouvait espérer un retour au plus haut niveau. Par séquences, dans la qualité de sa frappe de balle, en coup droit comme en revers et dans sa manière d’activer son petit jeu de jambes avant ses décalages, le numéro 8 mondial a montré qu’il lui en restait bien sous le capot. Quand il a haussé le ton, il était bien supérieur à Andujar. Reste à être capable de maintenir ce niveau, surtout dans les fins de set.
"J’ai senti qu’au moment où ça se tendait, mon jeu n’était pas là. J’ai bien trop raté, alors que les occasions étaient là. Mais il a bien joué tout au long du match. Je suis déçu pour le tournoi avant tout. J’aurais souhaité rester et jouer plus de matches pour les gens ici, parce que l’ambiance, malgré les circonstances, est très bonne et qu’ils semblaient très heureux de me voir ici", a-t-il ajouté. Le manque de compétition, justement, c’est ce qui pourrait coûter cher à Federer à Roland-Garros où il se présentera sans la moindre victoire sur terre battue.
Ne devrait-il pas jouer un tournoi supplémentaire la semaine avant le Majeur parisien pour accumuler plus de confiance et s’éviter le risque d’une autre élimination d’entrée ? "Roland-Garros n’est pas mon objectif. L’objectif, c’est le gazon. Donc j’ai encore du temps", a-t-il rappelé. Federer sera bien présent du côté de la Porte d’Auteuil, mais pas pour aller loin, juste pour accumuler du temps de jeu et se frotter au format des cinq sets. Car si physiquement, il a rassuré mardi dans sa capacité à glisser en défense ou à tricoter en attaque, en Grand Chelem, c’est autre chose. Deux ou trois matches dans ces circonstances sur la terre battue parisienne ne seraient pas de trop, assurément.

Roger Federer à Genève en 2021

Crédit: Getty Images

ATP Genève
Shapovalov défiera Ruud en finale
21/05/2021 À 15:58
ATP Genève
Trois sets pour une défaite : Le résumé du retour de Federer sur terre battue
18/05/2021 À 17:20