Getty Images

Face à un Tsonga accrocheur, Federer a dû batailler

Face à un Tsonga accrocheur, Federer a dû batailler

Le 20/06/2019 à 19:52Mis à jour Le 20/06/2019 à 21:40

ATP HALLE - Roger Federer a dû batailler pour se débarrasser de Jo-Wilfried Tsonga au 2e tour à Halle, jeudi. Le Suisse s'est imposé en trois sets (7-6, 4-6, 7-5) face au Français. En quart de finale, celui qui vise un 10e titre sur l'herbe allemande sera opposé à l'Espagnol Roberto Bautista, tombeur de Richard Gasquet plus tôt dans la journée.

Roger Federer a eu très chaud. Le numéro 3 mondial est passé près de la sortie de route jeudi dans son jardin de Halle, mais il a su serrer le jeu dans le "money time" pour l’emporter en trois sets très accrochés (7-6, 4-6, 7-5) face à un Jo-Wilfried Tsonga revenu à un niveau très intéressant sur gazon. Pour la 17e fois en 17 participations, le Suisse jouera donc les quarts de finale en Westphalie contre l’Espagnol Roberto Bautista-Agut, vainqueur de Richard Gasquet plus tôt dans la journée.

Jo-Wilfried Tsonga peut se rassurer, il a encore de beaux restes. Le Manceau s’est prouvé jeudi qu’il pouvait toujours jouer à haut niveau et inquiéter les meilleurs dans un bon jour. Roger Federer, chancelant par moments, peut en témoigner. Il s’en est fallu de peu pour que sa quête d’un dixième titre dans le Gerry Weber Stadion ne s’achève en queue de poisson. Mais le Bâlois a su trouver les ressources pour faire la (légère) différence qu’il fallait à la fin d’un match aux multiples rebondissements.

Tsonga a fait des dégâts au service

L’ancien chef de file du tennis tricolore avait prévenu : il n’avait rien à perdre contre Federer. Libéré d’une éventuelle pression, il a attaqué la partie avec autorité avec deux jeux blancs consécutifs sur son service. Très efficace sur sa première balle (83 % de réussite derrière et 15 aces), il a fait douter son adversaire qui a semblé tendu pour ses retrouvailles sur le circuit, trois ans après leur dernier duel remporté par le Français sur la terre battue de Monte-Carlo.

Le Bâlois a même dû sauver les deux premières balles de break du match à 2-2 dans le premier set, avant de s’en procurer lui-même une, synonyme de balle de set à 6-5. Tsonga l’a écartée sans sourciller et c’est logiquement que les deux hommes se sont départagés au jeu décisif. Bien que mené 3 points à 0 pour commencer, Federer s’est alors montré plus agressif pour empocher la mise 7 points à 5. Sur sa lancée, il a même réalisé le break d’entrée de deuxième manche grâce à un décalage de coup droit gagnant à la relance (7-6, 2-0).

Federer a surgi au moment crucial

On croyait alors l’affaire entendue, on se trompait lourdement. Toujours très à l’aise dans ses déplacements et motivé comme rarement depuis son retour de blessure, Tsonga a fait le debreak d’un passing de coup droit suffisamment puissant pour faire craquer le Bâlois au filet (7-6, 3-3). Comme s’il était à nouveau hanté par le souvenir de sa défaite face au Tricolore en quart de finale de Wimbledon en 2011 – qui constituait jusqu’ici leur seul affrontement sur gazon -, Federer a changé de visage et est devenu visiblement plus fébrile à l’échange. Beaucoup plus conquérant, le Manceau ne s’est pas fait prier pour égaliser à une manche partout (7-6, 4-6).

Et Tsonga a eu l’avantage psychologique pendant tout le troisième acte : il a fréquemment mené 0-30 ou 15-30 sur le service du Suisse, mais n’a jamais pu breaker. La faute à un Federer qui a fait preuve de caractère, s’encourageant à son tour après chaque jeu gagné, avant de porter l’estocade à 5 partout. D’un dernier ace extérieur, il pouvait lever les bras de soulagement et espérer monter en puissance en quart de finale. Pour Tsonga, cette défaite avec les honneurs peut faire office de déclic : il sera peut-être bien dangereux à Wimbledon.

Vidéo - Dominateur puis sur un fil, Federer est passé par tous les états mais a il a eu le dernier mot

02:37
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0