La marche était cette fois un peu trop haute. Vainqueur de son premier Top 10 en quasiment deux ans jeudi, Richard Gasquet n'a pas pu enchaîner vendredi. La faute à un Karen Khachanov beaucoup plus inspiré que dernièrement sur le circuit. Le Russe, 26e joueur mondial, a imposé sa loi en deux sets (6-1, 7-6) et 1h25 en quart de finale de l'ATP 250 de Lyon. Il a su hausser le ton dans le tie-break malgré une belle résistance du Français dans la seconde manche, et retrouvera soit un autre Bleu Arthur Rinderknech, soit le Britannique Cameron Norrie en demi-finale.
Jusqu'au bout, Richard Gasquet aura joué son va-tout. A l'image d'une semaine lyonnaise durant laquelle il aura pris beaucoup de plaisir et de la confiance, le Biterrois n'a pas été très loin de faire tourner un match qui semblait hors de sa portée pendant une demi-heure. Dominé en puissance du fond par un Karen Khachanov nullement gêné par les frappes à hauteur d'épaule (le Russe mesure 1 mètre 98), il n'a pas vu le jour pendant le premier set, avant de procéder à quelques ajustements qui ont considérablement rééquilibré la partie.
Tokyo 2020
La belle semaine olympique de Humbert stoppée par Khachanov
29/07/2021 À 08:43

Des changements tactiques (presque) payants

Le Français s'est alors montré beaucoup plus agressif sur ses mises en jeu, lâchant davantage ses coups derrière son service. A la relance, il a décidé de rentrer davantage dans le court sur les secondes adverses pour mettre la pression. Et enfin, à l'échange, il a touché plus de zones courtes croisées susceptibles de faire courir le Russe. Résultat : il a compté par deux fois un break d'avance qu'il n'a toutefois pas su confirmer. Il a même obtenu une balle d'égalisation à un set partout à 6-5 sur le service adverse que Khachanov a sauvée d'un smash décentré.
Mais dans le jeu décisif, Khachanov a mis encore plus d'intensité dans ses frappes pour reprendre la direction des échanges en fond de court. Si Gasquet s'est bien battu en défense, ses courses et ses glissades côté coup droit ont parfois été approximatives, sûrement en raison de ses douleurs fréquentes aux adducteurs. Mais malgré la déception logique de la défaite, cette semaine lyonnaise lui aura à coup sûr montré qu'il était encore capable de faire de belles choses à bientôt 35 ans. Reste à savoir si le format des cinq sets à Roland-Garros lui permettra d'en faire étalage au moins dans les premiers tours.
ATP Umag
Défaite sans appel pour Gasquet, premier titre pour Alcaraz
25/07/2021 À 19:29
ATP Umag
Gasquet en finale, plus de trois ans après
24/07/2021 À 19:28