Pour une reprise, ce match n'avait rien d'un cadeau. Rafael Nadal connaissait le danger que représentait Miomir Kecmanovic, 32e joueur mondial en pleine progression en ce début de saison, alors il s'est appliqué et en a récolté les fruits. Mercredi, il a vite retrouvé ses repères sur terre battue, où il disputait pourtant son premier match de l'année, pour imposer sa loi en deux sets (6-1, 7-6) et un peu moins de deux heures de jeu (1h55 précisément). En huitième de finale, il sera opposé à David Goffin, tombeur de Botic van de Zandschulp (6-4, 6-2).
On ne l'avait pas vu depuis la mi-mars en compétition. Mais ces six semaines de coupure (côte fêlée) depuis sa finale perdue à Indian Wells n'ont visiblement pas beaucoup affecté la confiance de Rafael Nadal qui n'avait perdu qu'un de ses 21 premiers matches de l'année en finale à Indian Wells. Tout n'a certes pas été parfait ce mercredi pour l'ogre de l'ocre qui a été bien bousculé dans le second acte, mais le niveau de tennis développé a été déjà plus qu'intéressant.
Wimbledon
Nadal, libéré et presque délivré : "Je ne ressens plus de douleur au pied"
IL Y A 2 HEURES

La pluie et les conditions indoor ont équilibré la partie

Car Miomir Kecmanovic avait la confiance pour profiter des éventuelles faiblesses du Majorquin. Le Serbe restait ainsi sur un quart de finale à Belgrade et une demie à Munich, sans oublier deux autres quarts lors de ces deux dernières apparitions en Masters 1000 à Indian Wells et Miami.
En Floride, il avait même joué l'un des matches de ce début de saison contre le futur vainqueur Carlos Alcaraz. Dans le combat en fond de court, il avait donc des arguments à faire valoir. Mais après trois jeux de mise en place, il a été balayé par la tornade Nadal dans le premier set.

Rafael Nadal à Madrid en 2022

Crédit: Getty Images

Pris par la maîtrise adverse de la géométrie du court (et notamment des angles courts croisés), mais aussi battu dans l'agressivité, Kecmanovic a vite semblé perdu, sans solutions. Avec son coup droit lasso, sa capacité à fixer son adversaire, sa vitesse de déplacement, le Majorquin l'a étouffé pour s'adjuger les cinq derniers jeux de la manche. Mais l'élan de Nadal a été coupé par la pluie. Et quand le match a repris dans des conditions indoor, il a quelque peu perdu son rythme et son intensité. Il a surtout péché en revers (13 fautes directes sur 23 en tout) et a vu son adversaire débreaker à deux reprises à 6-1, 3-2 et 6-1, 6-5 alors qu'il servait pour le match.
Reste que dans le tie-break, Nadal a su resserrer les boulons. Bousculé dans le bras de fer à l'échange, il est allé chercher davantage de points au filet, y compris sur service-volée. D'un ace extérieur (que Kecmanovic aurait toutefois dû "challenger"), il a scellé l'affaire avec autorité. Même encore loin de son meilleur niveau sur terre, Nadal a montré l'étendue de sa marge sur cette surface. Avec un peu plus de rythme, il risque d'être à nouveau très dur à arrêter.

Il fallait demander le challenge : la balle de match de Nadal était dehors !

Wimbledon
Nadal, Kyrgios, Berrettini and co. tapent la balle avant Wimbledon
IL Y A 8 HEURES
Tennis
Le Big 3 éjecté des deux premières places : du jamais-vu depuis novembre 2003
12/06/2022 À 22:14