A le voir se marrer à la fin du match, on pourrait penser que ce fut une partie de plaisir. Mais Daniil Medvedev a plus que souffert dimanche pour valider son billet pour les huitièmes de finale du Masters 1000 de Miami. S'il était hilare, c'est que le Russe était tout aussi incrédule que les spectateurs devant le scénario rocambolesque d'une partie qui a bien failli lui échapper. Perclus de crampes, claudiquant tel un Charlot réincarné (sa moustache naissante appuyant la comparaison), le numéro 2 mondial a tout de même réussi à l'emporter après une lutte de trois sets (7-6, 6-7, 6-4) et 2h37 face à un Alexei Popyrin inspiré. Pour aller plus loin, il devra se défaire de Frances Tiafoe ou de Dusan Lajovic, et surtout bien soigner sa récupération.
Pourtant, ce 3e tour a longtemps eu des airs de match sans histoire pour la tête de série numéro 1. Bien que gêné par les conditions (chaleur humide et vent) et avec des sensations moyennes, Medvedev a su serrer le jeu dans le tie-break du premier set, puis enfoncer le clou en début de seconde manche, jusqu'à se retrouver en position idéale à 7-6, 5-3 en sa faveur. Mais au moment de conclure, alors qu'il n'avait pas eu la moindre balle de break à défendre jusqu'alors, sa première s'est grippée, son bras a tremblé et Popyrin a tout lâché pour ravir blanc l'engagement adverse.
Tokyo 2020
Djokovic expédie Nishikori, Medvedev sorti par Carreño Busta
29/07/2021 À 10:45

Une fin de match rocambolesque

Pire pour le Russe : l'Australien a sauvé 3 balles de match consécutives à 7-6, 5-4 0/40 sur son jeu de service suivant, puis a vu son audace payer dans le tie-break arraché 9 points à 7. Popyrin avait alors fait le plus dur : instiller le doute dans la tête de son adversaire ultra-favori. D'autant que Medvedev, très en difficulté en coup droit (28 fautes directes de ce côté et 42 en tout !), avait fait appel plusieurs fois au kiné pour manipuler une cuisse douloureuse, ou des adducteurs qui sifflaient. Moins mobile dans le troisième set, il était clairement sur un fil.
Mais au métier, c'est bien le numéro 2 mondial qui est allé chercher le break fatidique à 3-3, profitant aussi de la fébrilité adverse. La fin de match a alors basculé dans le rocambolesque : les jambes raides comme des piquets, Medvedev n'a plus joué que des coups isolés, espérant écourter l'échange le plus vite possible. Il a lancé la balle moins haut au service, car limité dans sa poussée, mais a su passer assez de premières pour l'emporter, et ce même s'il n'a pas rejoint sa chaise lors du dernier changement de côté, par peur sans doute de ne pas se relever. La tête de série numéro 1 s'est fait une sacrée frayeur, mais elle est donc toujours en vie. C'est aussi pour ce genre de scénario qu'on aime le tennis.
Wimbledon
Surprise sur le Centre Court : Hurkacz s'offre Medvedev
06/07/2021 À 13:24
Wimbledon
Tout proche de la sortie, Medvedev a renversé Cilic
03/07/2021 À 19:49