Le contexte

Avant même qu’il ne commence, nous l’avions surnommé le Masters 750 de Miami. Placé à peine un mois après un Open d’Australie décalé et juste avant la terre battue et le gazon européens, le tournoi floridien a payé plein pot les conséquences des restrictions qui affectent le circuit en ces temps de coronavirus. Aussi bien pour des raisons d’états de forme physique disparates que d’équilibre sur le plan mental, il a été ainsi privé du "Big 3" (Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer) – une première pour une épreuve de cette importance depuis Paris-Bercy 2004 –, de Dominic Thiem et de Matteo Berrettini, soit 5 joueurs du Top 10.
Wimbledon
Berrettini : "Je n'ai jamais rêvé de ça parce que c'était trop"
09/07/2021 À 17:00
Les quatre premières têtes de série Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas, Alexander Zverev et Andrey Rublev s’avançaient donc comme les favoris logiques de cette édition particulière, mais aucun n’a su réellement assumer ce statut. Si ce tournoi a eu un mérite, ce fut celui de montrer que gérer la pression du vide laissé par les monstres du circuit n’avait rien d’évident. Mais il ne faudrait pas sous-estimer par ailleurs les performances de ceux qui ont su, eux, être au rendez-vous. A commencer par Jannik Sinner qui confirme, à 19 ans, tous les espoirs placés en lui.

Des nerfs d'acier dans l'adversité et un final d'anthologie : Sinner a bien mérité sa finale

Quart-de-finaliste pour son premier grand tableau à Roland-Garros voici quelques mois – une première depuis Rafael Nadal en 2005 –, le grand Italien à la qualité de frappe exceptionnelle a fait preuve d’une maturité, d’une capacité à gérer les moments chauds et d’une combativité bluffantes pour son âge. Mois après mois, il ne cesse de franchir des paliers et d’impressionner : une victoire dimanche lui ouvrirait les portes du Top 20 à peine deux ans après ses débuts sur le circuit et malgré une saison 2020 tronquée.
Et que dire de Hubert Hurkacz ? Capable de quelques coups d’éclat depuis deux ans dont un quart de finale lors de l’édition 2019 d’Indian Wells, le Polonais s’est installé dans le Top 40 et s’est façonné un statut de joueur solide. Cette semaine, il s’est métamorphosé en coupeur de têtes impressionnant. Son tableau de chasse est plus éloquent que mille développements : Denis Shapovalov, Milos Raonic, Stefanos Tsitsipas et Andrey Rublev ont plié sous ses coups. Non, décidément, cette finale, Sinner et Hurkacz ne l’ont pas volée.

Face-à-face

C'est simple, il s’agit du premier duel entre Hubert Hurkacz et Jannik Sinner. Aucun des deux joueurs ne bénéficie d’un quelconque avantage psychologique.

Hurkacz a éteint le cogneur Rublev pour se qualifier en finale

Leur parcours

Jannik Sinner
2e tour : bat Hugo Gaston [FRA] : 6-2, 6-2
3e tour : bat Karen Khachanov [RUS/N.14] : 4-6, 7-6(2), 6-4
1/8e de finale : bat Emil Ruusuvuori [FIN] : 6-3, 6-2
1/4 de finale : bat Alexander Bublik [KAZ/N.32] : 7-6[5], 6-4
1/2 finale : bat Roberto Bautista Agut [ESP/N.7] : 5-7, 6-4, 6-4
Hubert Hurkacz
2e tour : bat Denis Kudla [EU] : 7-6(5), 6-4
3e tour : bat Denis Shapovalov [CAN/N.6] : 6-3, 7-6(6)
1/8e de finale : bat Milos Raonic [CAN/N.12] : 4-6, 6-3, 7-6(4)
1/4 de finale : bat Stefanos Tsitsipas [GRE/N.2] : 2-6, 6-3, 6-4
1/2 finale : bat Andrey Rublev [RUS/N.4] : 6-3, 6-4

Ils ont dit

Jannik Sinner : "Je pense que c’est super sympa d’être en finale ici à Miami, mais ça ne veut rien dire. Ce n’est pas pour ça que je vais gagner d’autres tournois. Je n’ai que 19 ans, la route est encore longue avant de devenir potentiellement un grand nom du circuit. Je le sais et mon équipe le sait."
Hubert Hurkacz : "Avec Jannik, nous avons joué en double ensemble à Dubaï. Et maintenant, nous allons nous affronter en finale d’un Masters 1000, donc ça va être drôle comme match. Jannik est quelqu’un de bien, de super, super calme et super cool. Nous sommes de bons amis, c'est un super résultat mais il reste un match à gagner."

3 stats à retenir

30. La dernière finale de Masters 1000 ayant opposé deux joueurs classés au-delà de la 30e place mondiale, comme c’est le cas cette année entre Sinner (31e) et Hurkacz (37e), remonte à Paris-Bercy 2003. A l’époque, Tim Henman (31e) avait battu Andrei Pavel (191e). C’est également arrivé à Montréal en 1991 entre Andrei Chesnokov et Petr Korda et à Hambourg en 1996 entre Alex Corretja et Roberto Carretero.
14. Jannik Sinner pourrait devenir le premier joueur de moins de 20 ans à gagner le titre à Miami depuis 14 ans. L'Italien succèderait ainsi à Novak Djokovic, vainqueur en 2007. Andre Agassi (1990) et Rafael Nadal (2005) sont les deux autres "teenagers" à avoir atteint la finale en Floride. L'Américain, l'Espagnol et le Serbe sont tous par la suite devenus numéros 1 mondiaux.
4. Hubert Hurkacz a passé quatre minuscules minutes de plus que Jannik Sinner sur le court (553 contre 549) sur l’ensemble du tournoi. Autant dire qu’aucun des deux joueurs ne devrait avoir d’avantage significatif de fraîcheur dimanche.

Notre avis

Entre deux joueurs qui n’ont jamais joué de finale de Masters 1000 précédemment et qui n’ont pas encore croisé le fer sur le circuit, difficile de dégager un clair favori. D’autant plus que les faits les rapprochent : seulement 6 places les séparent au classement mondial et ils ont tous les deux remporté leurs deux premières finales sur le circuit. Pour Jannik Sinner, c’était à Sofia fin 2020 et à Melbourne 1 en début de saison. Quant à Hubert Hurkacz, il a d’abord décroché la timbale à Winston Salem en 2019, avant de remporter le premier tournoi de l’année à Delray Beach, déjà en Floride donc.
Tennistiquement, les deux joueurs, occasionnellement partenaires de double, partagent aussi plusieurs points communs. Ils sont capables de frapper fort des deux côtés et très bien servir en première balle, surtout le Polonais, encore plus grand que son jeune et pourtant déjà longiligne rival italien. En termes de talent pur et de potentiel, Sinner a toutefois une longueur d’avance et sa régularité au haut niveau est déjà bluffante. Mais Hurkacz semble en état de grâce cette semaine.
Cette finale devrait se jouer à peu de choses, celui qui gérera le mieux les conditions difficiles (vent, chaleur et humidité) et le poids de l’enjeu l’emportera. Et sur ce plan, Sinner a fait preuve d’une maturité de vieux briscard jusqu’ici : plus la tension était forte, mieux il a réagi. Cette force mentale soulignée par Alexander Bublik et Roberto Bautista Agut pourrait lui donner un léger avantage, même si Hurkacz, de son côté, s’est aussi montré très solide pour renverser Raonic et Tsitsipas.
Notre pronostic : Sinner en 3 sets.

Jannik Sinner à Miami en 2021

Crédit: Getty Images

Wimbledon
Berrettini, première !
09/07/2021 À 15:14
Wimbledon
Berrettini, une surprise ? Plutôt une suite logique
08/07/2021 À 19:47