Getty Images

Simon, l'effort sans le réconfort

Simon, l'effort sans le réconfort

Le 23/06/2019 à 21:24Mis à jour Le 23/06/2019 à 21:26

ATP QUEEN'S - Gilles Simon s'est battu comme un beau diable. Mais cela n'a pas suffi. Battu par Feliciano Lopez au terme d'une semaine où il a enchaîné les marathons (6-2, 6-7, 7-6), le Français n'a pas vaincu cette malédiction qui voit le titre fuir systématiquement les Tricolores sur le tournoi londonien.

Il aurait mérité d'être le pionnier. De devenir le premier Français à soulever le trophée du Queen's dans l'ère Open. Et d'ouvrir au passage son compteur sur herbe. Dire que Gilles Simon a fait tous les efforts pour parvenir à cette consécration relèverait presque de l'euphémisme. Sur l'ensemble du tournoi, il aura passé plus de 13 heures sur le court à poursuivre son objectif. Mais une dernière remise restée dans la bande du filet a mis un terme aux derniers espoirs du 38e joueur mondial. Sa longue semaine restera sans la plus belle des récompenses.

C'est peu de dire qu'elle a été longue. Il lui a fallu 2h30 pour se défaire du Britannique James Ward au premier tour (3-6, 6-3, 7-6), 2h04 pour venir à bout du Sud-Africain Kevin Anderson au deuxième (6-1, 4-6, 6-4), 3h21 pour sortir vainqueur d'un duel franco-français mémorable avec Nicolas Mahut en quart de finale (7-6, 5-7, 7-6), et encore 2h37 pour vaincre le Russe Daniil Medvedev (6-7, 6-4, 63) et accéder à une finale qui aura duré 2h49. Simon a ainsi disputé quatre des cinq matches les plus longs de la semaine sur le gazon londonien.

"Je suis fatigué !", a-t-il légitimement lâché après sa défaite, avant de revenir sur un parcours qui lui laissera un brin de fierté mais aussi une belle pointe d'amertume. "C'était long tous les jours, a-t-il poursuivi. C'était quand même une belle finale pour moi. C'est un peu dur à accepter après tous les efforts que j'ai fournis pour rester dans ce match, mais il a mieux joué que moi dans le dernier tie-break. C'est un tournoi tellement prestigieux et avoir la chance de gagner cette finale était quelque chose d'incroyable pour moi."

Dans le genre marathonien, Lopez a aussi fait très fort

Il faudra certainement un peu de temps à Simon pour récupérer après cette semaine éreintante. Mais le Niçois a aussi des raisons de ravaler rapidement sa déception. Jusqu'à son arrivée à Londres, sa première moitié de saison était franchement mitigée malgré une entame tonitruante avec deux demi-finales à Pune et à Sydney. Simon n'avait remporté que deux matches en deux mois et commençait à donner des signes d'inquiétude. Le Français s'est admirablement relancé à défaut d'avoir conquis le trophée londonien.

Ironie de l'histoire, il est revenu à un autre forçat. Feliciano Lopez a lui aussi fait très fort dans la débauche physique. Après deux tours de double et une demi-finale remportée en trois sets face à Félix Auger-Aliassime samedi, l'Espagnol de 37 ans, qui disposait d'une wild-card, a remis ça dimanche. Et juste après sa victoire sur Simon, il devait encore enchaîner avec la finale du double. Il était écrit que ce tournoi reviendrait à un marathonien. Malheureusement pour lui, ce n'est pas Simon que le sort a choisi.

Feliciano Lopez et Gilles Simon

Feliciano Lopez et Gilles SimonGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0