Getty Images

La fatigue et Lopez à dompter pour écrire une page d'histoire

La fatigue et Lopez à dompter pour écrire une page d'histoire

Le 23/06/2019 à 00:02Mis à jour Le 23/06/2019 à 12:57

ATP QUEEN'S - Qualifié pour la finale du tournoi du Queen's, Gilles Simon pourrait devenir le premier Français à inscrire son nom au palmarès de la prestigieuse épreuve londonienne. Il lui faudrait se débarrasser d'un autre ancien du circuit et déjà vainqueur ici, Feliciano Lopez.

A la veille du tournoi, ce n’était franchement pas l’éventualité qui paraissait la plus probable. Mais ce samedi, elle a pris une réelle épaisseur. Tombeur du Russe Daniil Medvedev en demi-finale, Gilles Simon pourrait devenir le premier Français à inscrire son nom au palmarès du vénérable tournoi du Queen’s. Et ce serait une sacrée revanche sur l’Histoire. Car les Tricolores sont quelque peu maudits sur les terres de l’ATP 500 : Guy Forget en 93, Sébastien Grosjean en 2003 et 2004, Nicolas Mahut en 2007, Jo-Wilfried Tsonga en 2011… tous ont buté, en finale, sur la dernière marche.

Vidéo - Simon - Medvedev : les temps forts

03:24

Certes, il n’y a rien de déshonorant à ce bilan. Les Français se sont cassé les dents face à des références - voire des légendes - du gazon. A l’époque, Forget avait butté contre "Pistol Pete" Sampras himself, Grosjean et Mahut s’étaient fait transpercer par le mitrailleur Andy Roddick, tandis Tsonga avait subi la loi de Sir Andy Murray, recordman des victoires ici-même (5). Les tirages étaient donc loin d’être évident. Mais rien de plus normal : le Queen’s est une des plus vieilles épreuves du monde, souvent considéré comme le tournoi gazon le plus prestigieux après Wimbledon. Attirant donc tout naturellement les top players. "C’est un tournoi très difficile à gagner, un des meilleurs de la saison, a d’ailleurs souligné Gilles Simon après sa victoire ce samedi. Seuls les meilleurs joueurs peuvent gagner ici. C’est sûr que j’aimerais bien faire partie de cette liste".

34 contre 37

Pour rejoindre la liste des VIP, le Niçois, 34 ans et 38e mondial, devra en découdre ce dimanche avec Feliciano Lopez, 113e joueur mondial. L'Espagnol de 37 ans, qui avait bénéficié d'une invitation, a fait plier le talent émergent de Félix Auger-Aliassime, 21e à l’ATP. Le Français ne partira pas forcément favori face à Lopez, qui a déjà gagné à Londres en 2017. Mais il aurait tort de ne pas y croire.

Vidéo - Bienvenue sur le gazon : Simon a remporté ce point en... 49 coups

01:42

Et si ça ne parait pas forcément évident au vu de son style de jeu, le Niçois n’est en rien allergique à l’herbe. C’est d’ailleurs sur le gazon de Wimbledon qu’il a connu son meilleur résultat en Grand Chelem, un quart de finale en 2015. En 2013, il avait également atteint la finale à Eastbourne. Contre Medvedev, "Gilou" a certes bâti son succès sur une défense irréprochable et sur sa capacité à faire très peu de fautes. Mais il a aussi forcé la décision en adaptant son jeu à la surface, en se montrant très adroit au filet, et n’hésitant pas à effectuer quelques services-volées pour perturber la mécanique adverse.

Mais le corps tiendra-t-il ? La grande inconnue de cette finale réside en effet dans l’état de forme du Français. Le Niçois a passé plus de 10h30 sur le court cette semaine, dont 3h20 en quart de finale face à "Nico" Mahut (plus long match jamais enregistré par le tournoi). Mais Gilles Simon n’aime rien tant que les bras de fer à rallonge. En demie contre Daniil Medevdev, il a sauvé une balle de break sur un revers gagnant, après un échange de… 49 coups ! "Je vais essayer de bien récupérer, et on verra bien ce qui arrive demain", a soufflé le 38e mondial après sa victoire. De sa capacité à recharger les batteries dépend sans doute sa faculté à l’emporter dimanche. Et à écrire une belle page d’histoire du tennis bleu.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0